Liège

LIÈGE

Le comité de quartier constate des abus, la police parle d’une chute de 33 % de la criminalité

SOCIÉTÉ C’était il y a un peu plus d’un an et demi : la ville de Liège, en la voix de son bourgmestre, Willy Demeyer, fermait les derniers salons de prostitution de la ville, dans le quartier Cathédrale-Nord. Objectif annoncé : réduire la criminalité parallèle liée à la présence des filles . Le trafic de drogue et la mendicité étaient directement visés par cette mesure.

Aujourd’hui, 18 mois plus tard, la situation semble… identique à première vue. En effet, si les investisseurs annoncés sont toujours attendus, la criminalité (petite et moins petite) serait toujours très présente dans ce quartier.

Selon le comité de quartier Cathédrale-Nord, le départ des filles aurait même entraîné d’autres abus : “Nous constatons que plusieurs salons sont squattés et saccagés dans les anciennes rues à prostitution, faits qui sont commis par les toxicomanes” .

Le comité a tenu à sensibiliser les autorités politiques et policières à la problématique, encore une fois. Outre la mendicité, les membres du quartier tiennent ainsi à informer que “l’église Saint-Denis est toujours la proie de toxicomanes qui pillent les troncs d’église et qui prennent également cet endroit comme lieu pour consommer leurs drogues” .

Pour le chef de corps de la police liégeoise, Christian Beaupère, “la situation n’est certainement pas pire” . Chiffres en main, il parle même d’une nette diminution des faits de criminalité depuis la fermeture des salons. “On constate une baisse de 33 %” , explique-t-il. “Plus en détail, on remarque une baisse de 22 % pour ce qui est des stupéfiants et de 17 % pour ce qui touche à la débauche” . Et l’homme de préciser enfin que “la présence policière n’a pas changé pour autant” . D’ici quelques mois, il espère également voir les effets positifs dus à la présence du nouveau commissariat ouvert dans le quartier.



© La Dernière Heure 2010