Ce sentiment d’insécurité

M.B. Publié le - Mis à jour le

Liège

Le CDH a sondé les attentes des Liégeois, elles sont nombreuses

LIÈGE Ils l’avaient promis fin 2011, les candidats CDH devaient lancer une vaste enquête afin de prendre le pouls des Liégeois. Réalisée en février et en mars de cette année, à l’initiative de la nouvelle venue (2e sur la liste), la très médiatique Anne Delvaux, l’enquête permet, dit le CDH, de répondre à la question “Comment vivez-vous votre ville ?” . Entre insécurité, malpropreté et convivialité, le CDH peaufine son programme.

Au total, ce sont 636 personnes qui ont donné leur avis sur des questions aussi variées que la sécurité, la mobilité ou encore le cadre de vie. “On a essayé d’être professionnel, d’avoir une certaine crédibilité” , précise Anne Delvaux. Cela passait donc par un professionnel du secteur (Dedicated Research) qui assure que malgré le profil des répondants, “qui ne reflète pas strictement celui des Liégeois” , un travail de pondération a été réalisé pour obtenir une cartographie fidèle de la population liégeoise.

Premier constat évident, il y a cette logique relative au profil de Liège, appréciée et rejetée pour des raisons liées à la densité de son activité. Globalement en effet, si c’est “l’ambiance conviviale” est une des raisons principales d’appréciation de la Cité ardente, l’insécurité grandissante est largement partagée (71 %). N’en déplaise à l’échevin CDH de la Propreté, cette dernière problématique est également un point noir constaté. Et si le CDH évoque des avancées dans ces matières, le sentiment n’en reste pas moins présent… d’où l’intérêt du sondage.

En ce qui concerne le cadre de vie, ils sont aussi nombreux à donner un score de rejet (37 %). Sont citées ici la problématique des immeubles inoccupés ou encore la gestion des pollutions.

Tout n’est bien sûr pas négatif puisqu’une majorité apprécie la possibilité de promenades, la situation géographique ou encore le bon réseau de communication et l’intérêt de la vie associative et culturelle liégeoise.

Reste bien sûr à intégrer ces données sans verser dans la démagogie extrême. “C’est une manière de se remémorer quelles sont les priorités” , précise la candidate CDH. Sur le point de l’insécurité, un groupe de travail a déjà été mis en place.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner