Liège

Les jeunes CSC mènent une action de sensibilisation dans la commune du Ministre Bacquelaine



Ce matin, à Chaudfontaine, patrie de Daniel Bacquelaine, toute une série de plaques de rue arborent de nouveaux noms : rue de l’Assurance Privée, rue de l’Ingénierie Fiscale, rue de l’Austérité, rue de la Privatisation… Et, à plusieurs endroits stratégiques d’Embourg et Beaufays, ce sont des calicots qui dénoncent la réforme des pensions telle qu’imaginée par le ministre en charge du dossier et bourgmestre empêché de l’entité.

Par cette action, les Jeunes CSC veulent attirer l’attention du public sur les conséquences, selon eux néfastes, de la politique menée par le ministre calidifontain et l’ensemble du gouvernement. "En reculant l’âge du départ à la retraite, le nombre d’emplois disponibles pour les jeunes est de facto réduit alors que la jeunesse est déjà particulièrement touchée par le non-emploi. En Wallonie, un jeune sur quatre est au chômage. Décrocher un boulot stable et de qualité est devenu un parcours d’obstacles. Et tous ces jeunes seront pénalisés une nouvelle fois à l’heure de la pension ! Ils devront travailler plus longtemps pour quelle pension ? Avec le système à points, l’incertitude est totale"estiment les Jeunes CSC qui appellent le ministre Bacquelaine à mettre la pension à points à la poubelle.