Liège Générations Chaudfontaine, c’est l’alternative de gauche en cité thermale

Qui a dit que les jeux étaient faits à Chaudfontaine ? Ici, depuis 3 décennies déjà, le MR s’impose en majorité et Daniel Bacquelaine, ministre des Pensions, occupe le siège de bourgmestre depuis 1992… Circulez, il n’y a rien à voir. Pourquoi changer ?

Car il est temps, estiment certains Calidifontains… Ce jeudi matin, des voix se sont élevées et une opposition de gauche, qui semblait jusqu’alors divisée, est sortie du bois pour présenter son projet. Celui de Générations Chaudfontaine en l’occurrence, en réflexion depuis plus d’un an déjà et coordonné par le socialiste Axel Noël. Il est notamment rejoint par Claire Demoulin, ancienne présidente CDH du CPAS et par Lionel Thelen, conseiller Ecolo. Un candidat vert qui ne sera d’ailleurs pas le seul… "Deux tiers de nos membres ont voté favorablement et la régionale a donné son accord." Il n’y aura ni liste PS, ni liste Ecolo mais bien une liste Générations Chaudfontaine… "qui n’est pas un cartel", précise d’emblée Axel Noël, "Certes, je ne viens pas de nulle part mais le but est ici de faire quelque chose de 100 % Chaudfontaine." "Et pour nous, rejoindre Générations Chaudfontaine était parfaitement cohérent au regard du programme que nous partageons", poursuit Lionel Thelen.

Ce programme précisément, il le veut "progressiste, créatif", et fait la part belle au logement à Chaudfontaine, où le marché immobilier a décollé; un thème de campagne… "Il y a 40 ans que j’habite dans cette commune. Et ce que je constate tristement aujourd’hui, c’est que peu de jeunes restent à Chaudfontaine", explique Claire Demoulin, "Cela, principalement à cause du prix du logement." "On remarque aujourd’hui un remplacement progressif des villas 4 façades en appartements de luxe, à 300.000, 400.000 voire 500.000 €", poursuit Lionel Thelen, "ce n’est clairement pas cela qui va pousser les jeunes à rester. Nous prônons au contraire le développement d’habitats partagés, kangourous, entre jeunes et seniors, ce qui favoriserait la mixité et la solidarité".

Progressiste donc "et plus humain", insiste Axel Noël, "la ville n’est pas un musée. Mais qu’on se comprenne bien, nous ne voulons pas tout révolutionner ni imposer un mode de vie; simplement répondre à une demande". À une évolution de la société où les clos privés, les rues sans trottoirs et les quartiers sécurisés doivent s’ouvrir, doit-on comprendre.

D’un point de vue politique, le clivage gauche-droite est désormais limpide à Chaudfontaine. "Ce que nous tenons à souligner de notre côté", conclut Axel Noël, "c’est que toute majorité absolue finit à terme par avoir un problème de créativité". La campagne est officiellement lancée…