Liège

Face à l’évolution du secteur, le Centre Hospitalier Régional vient de présenter son projet de rénostruction

Il y a quelques semaines à peine, le conseil d’administration du CHR validait ce vaste plan destiné à faire entrer l’hôpital liégeois dans le XXI e siècle. Mais lorsqu’on parle d’hôpital, rien n’est simple en région liégeoise car au-delà de la mise en réseau et l’équilibre à atteindre en matière de soins de santé dans le bassin liégeois, il faut aussi obtenir les subsides et, ce plan, “ dont l’objectif est de faire du CHR un smart hôpital dans une smart city”, nécessite un investissement financier colossal, de l’ordre de 422 millions d’euros dont 40 millions sur fonds propres.

La bonne nouvelle, c’est que le plan est phasé et que si tous les subsides ne sont pas délivrés, les premiers travaux resteront pertinents.

Mais pourquoi pareille évolution  ? Pour suivre le CHC (qui s’apprête à inaugurer le MontLégia) et le CHU est-on tenté d’écrire. Pour suivre une évolution nécessaire en tout cas. “Aujourd’hui en effet, ce secteur évolue et les patients ont de nouvelles attentes”, explique Sylvianne Portugaels, directeur général de l’hôpital. Rénovation architecturale répondant aux besoins en capacité des lits, de haute technologie, de développement durable et adaptation à de nouveaux modes de prises en charge sont notamment évoquées.

Des travaux donc… mais un projet médical global qui le justifie. On le sait en effet, le CHR se profile comme un hôpital qui développe les soins de jour mais qui est aussi reconnu pour ses urgences, son trauma center, la maternité et la pédiatrie. Pour ces expertises reconnues comme pour l’ensemble des services, les travaux visent à rendre le CHR plus efficace. Ce qui passe notamment par l’augmentation de la proportion des chambres seules, l’augmentation de la place des accompagnants, le principe de la marche en avant pour le patient (pas de retour en arrière dans sa prise en charge) sans oublier une rénovation profonde au niveau technique, une réorganisation des flux et du tri des patients. Notons aussi ce rassemblement des deux unités de soins intensifs en une seule et la rénovation de toutes les unités. Entre autres… Un programme complet (et chargé) de rénovation et d’adaptation.

Sept nouvelles constructions

La construction d’un parking de 1.000 places est également programmée pour 2019

La Citadelle de Liège est un site compliqué… Construire, oui. Mais où ? Réponse : sur le site en lui-même.

Les changements attendus sont en effet incompatibles avec les surfaces actuelles. En tenant compte des contraintes urbanistiques et du fait que le site est classé, il s’agira de construire quelque 20.000 m² de nouvelles surfaces sur un site de 160.000 m². En remplissant les dents creuses notamment.

Le CHR se présente en effet comme un ashtag, soit un double H, et, alors que trois nouvelles unités devraient bientôt être construites (permis déjà accordé), au 4e étage (unité 44) et au 5e étage (unités 52 et 54), sur le bâti déjà existant, 3 extrémités du double H accueilleront de nouvelles extensions. Il s’agit ici de recouvrir le niveau -2, visible actuellement avec 3 niveaux (-1, rez et +1). Dès la construction du CHR, il y a plus de 30 ans, les ingénieurs avaient prévu cette opportunité. Pas besoin de nouvelles fondations doit-on comprendre.

Trois nouvelles constructions doivent également voir le jour en tant que liaison en périphérie du quadrilatère actuel. Celles seront réalisées au +1 au-dessus des bâtiments existants, pour favoriser les flux précisément. Enfin, 7e construction, celle d’un bâtiment de liaison au centre même du quadrilatère, du +2 au +5, dans le patio central, pour les flux également.

Mais le nouveau plan de rénovation-construction (dit "renostruction"), c’est aussi la disparition du Château Rouge de Herstal, du moins du bâtiment actuel avec un rapatriement des activités au CHR ainsi que la reconstruction d’une polyclinique sur place. Sans oublier ce projet déjà bien avancé d’extension du parking avant. Pour l’heure, on compte ici 305 places et l’objectif est d’atteindre 1.000 places. Les offres sont attendues pour octobre, les travaux pour 2019.