Liège Le conseil d’administration de l’hôpital doit encore valider les économies…

Douze millions d’euros… qui fâchent. Depuis plusieurs semaines, l’ambiance est électrique au CHR de la Citadelle; depuis que la direction a annoncé cette économie de 12 millions au budget 2018. Économie nécessaire au regard des subsides fédéraux en baisse mais économie essentiellement réalisée sur le dos des travailleurs dénoncent les syndicats.

Ce mardi, le protocole d’accord de la direction a été rejeté en bloc… Les trois principales mesures de ce plan fâchent en effet CGSP et CSC. Outre la suppression de 35 emplois, la direction a annoncé que la prime de fin d’année passerait en 2018 de 2,5 à 1 % et, surtout, que la prime pour prestations inconfortables (11 %) serait remplacée par une prime à la prestation…

Alors que les négociations se sont achevées le 28 février dernier, les délégations syndicales avaient une quinzaine de jours pour se prononcer sur le protocole d’accord de la direction… sans surprise, le rejet est massif.

Du côté de la CSC par exemple, les affiliés ont rejeté les propositions à 90,2 %. "On continue à se demander pourquoi faire supporter de telles mesures au personnel alors qu’il y a de l’argent à aller chercher ailleurs", explique Lina Cloostermans, secrétaire permanente CSC, "l’hôpital octroie des dividendes de 1,170 million aux communes associées. Aucun effort n’est demandé aux administrateurs : un geste ne fût-ce que symbolique n’a même pas été envisagé. Il n’a pas été question non plus de faire des économies sur les voitures de fonction ou les frais de représentation des 8 directeurs dont les barèmes sont bien au-dessus de ce qui est prévu dans le secteur. Par contre, les aides-soignants et assistants logistiques, par exemple, ne bénéficient pas de l’évolution barémique à laquelle ils peuvent prétendre. Ne parlons pas des médecins : "il ne faut pas trop leur en demander sinon ils vont partir", dit la direction. Celle-ci préfère solliciter les patients en augmentant les suppléments d’honoraires pour les chambres particulières. On est en droit de se poser certaines questions sur les priorités de cet hôpital !".

Lorsque le conseil d’administration aura validé le plan, le dossier sera transmis à la tutelle régionale qui disposera de 30 jours pour l’accepter ou non.