Liège Les germanophones, après la séance des tirs au but, sont venus à bout de Warnant lors de la finale organisée à Waremme (2-2/tab 5-4)

Après 43 ans d’attente, Weywertz ramène la Coupe à la maison. "J’en rêvais ! Le club attendait ça depuis tellement longtemps", s’exclamait le T1 Jean-Michel Ummels après le succès aux tirs au but.

Malgré leur statut de favori, les Warnantais en ont bavé sur le terrain de Waremme. "On a eu une première mi-temps très délicate, c’était bizarre", expliquait Julien Dessart. Menés au score dès l’entame, les hommes de Longueville revenaient à 1-1, avant d’être réduits à dix et d’encaisser le 2-1.

"Ils nous ont pris directement à la gorge et nous ont empêchés de bien construire", expliquait Pierre Longueville. "Mais c’était très compliqué de jouer par une chaleur pareille alors que tu es à dix pendant une grosse partie du match et que deux de tes joueurs font le ramadan."

In extremis , Scevenels permettait à Warnant d’accrocher les prolongations, méritoirement. "En revenant deux fois, vu la tournure, on s’est dit qu’on allait gagner, que c’était écrit", confiait le gardien Franck Walo.

Les deux périodes de 15 minutes ne donnant rien, direction les tirs aux buts. Un exercice dans lequel Weywertz était une nouvelle fois le meilleur. "C’est difficile de rêver mieux comme rencontre", racontait Antoine Evens. Le capitaine de Weywertz soulignait aussi la présence des nombreux supporters germanophones. "Ils nous ont en partie poussés vers la victoire. J’ai déjà gagné la Coupe avec Blégny et il n’y avait pas autant de monde. Merci à eux !"