Crime à Liège: le suspect affirme avoir été violé par un homosexuel

Belga Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Liège

Il a expliqué aux enquêteurs qu'il en voulait à tous les homosexuels parce qu'il avait été violé par l'un d'eux lors de l'été 2011


LIEGE Raphaël Wargnies, auteur présumé du crime qui a eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi dans le parc d'Avroy à Liège est en aveux complets et n'a pas caché le caractère homophobe de son acte. Il devait être placé sous mandat d'arrêt pour assassinat.

Il a expliqué aux enquêteurs qu'il en voulait à tous les homosexuels parce que, affirme-t-il, il avait été violé par l'un d'eux lors de l'été 2011 dans le même parc d'Avroy. Mardi soir, Raphaël Wargnies a quitté son domicile à Malmedy et a gagné Verviers en auto-stop avant de prendre le train pour Liège. Il avait bien l'intention de se rendre dans le parc d'Avroy, endroit fréquenté par des homosexuels, dans le but de se venger, sans rechercher spécialement son présumé agresseur contre lequel il n'avait pas déposé plainte à l'époque.

Pour venir à Liège, Wargnies s'est muni d'un marteau de couvreur placé dans sa ceinture et ne comptait d'après lui s'en servir que s'il était victime d'une nouvelle agression. Il se serait d'ailleurs rendu au cours d'autres nuits dans ce parc mais il regagnait à chaque fois son domicile, sans assouvir son désir de vengeance.

Dans la nuit de mardi à mercredi, Raphaël Wargnies s'est assis sur un banc dans le parc d'Avroy, près de l'étang. La future victime, Jacques Konik, est venue s'asseoir à côté de lui et lui a fait des propositions homosexuelles. Wargnies aurait répondu que cela ne l'intéressait pas et la future victime s'est éloignée.

C'est alors, d'après Raphaël Wargnies, qu'il a décidé de tuer Jacques Konik, qu'il a rattrapé un peu plus loin et qui lui aurait à nouveau fait une proposition. Wargnies s'est emparé de son marteau, frappant la victime sur le crâne avec le côté pointu de son arme. La victime s'est effondrée et Wargnies lui a encore porté cinq coups sur le côté gauche de la tête, cette fois avec le plat du marteau. L'auteur s'est alors éloigné. Le suspect s'est réfugié chez un ami, d'où la police a été prévenue.

Wargnies, qui devait être écroué à la prison de Lantin, a exprimé des regrets après avoir pu s'entretenir seul à seul avec son avocat.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner