Liège

Sur dix-neuf éléments, l’effectif 2018 compte quatre dames

C’est désormais davantage qu’une petite touche de féminité : cette saison, pas moins de quatre dames porteront les couleurs du Pesant Liégeois. Le club poursuit ainsi sur la voie qu’il avait commencé à se tracer en 2017, avec l’accueil de Laura Bragano (17 ans) : cette saison, la Soumagnarde voit trois autres femmes rejoindre les rangs du club. À savoir : Léa Vandeputte (Virginal), la duathlète championne du monde longue distance Virginie Soenen (Burdinne), qui souhaite progresser sur le vélo, ainsi qu’Anne-Sophie Maréchal. Cette dernière, fille du président de la FCWB Thierry Maréchal, est originaire de Theux et vit à Ajaccio (Corse). Triathlète, elle roulera avec le Pesant à l’occasion, lorsqu’elle sera en Belgique. 

"La présence féminine dans notre effectif augmente fortement cette année, et nous nous en réjouissons : ça a toujours été une volonté du conseil d’administration de regrouper filles et garçons dans une même structure. Nous sommes heureux d’avoir d’ores et déjà fait confiance à la jeune Laura Bragano, qui nous a apporté beaucoup de satisfaction cet hiver sur la piste (avec, entre autres, un titre de championne de FCWB) et sera désormais bien entourée. Depuis de nombreuses années, la RLVB et la FCWB font de gros efforts pour attirer des dames sur les circuits. Le cyclisme n’est plus seulement réservé au sexe dit fort", se réjouit Fernand Lambert, le président du club.

L’accueil de deux athlètes non cyclistes (Soenen et Maréchal) traduit par ailleurs "la volonté d’ouverture" du Pesant. "Une vision que nous pourrions développer à l’avenir", sourit Lambert, qui ne semble pas exclure que d’autres dames rejoignent sa structure dans le courant de l’année…

Si le Pesant Liégeois a gonflé la part de féminité en ses rangs, il entourera également davantage de Liégeois qu’en 2017 : sur l’ensemble des coureurs affiliés pour 2018, onze habitent en effet la province (en comptant Maréchal). Un important quota, qui dépasse aisément celui des dernières cuvées. De quoi faire espérer au directeur technique Christian Deby que ses ouailles mouillent encore plus le maillot à domicile, sur les épreuves liégeoises...