Liège Ce week-end, Vin de Liège présente son nouveau mousseux au Théâtre de Liège.

"Dans mes veines coule un vin 100 % Liégeois, chaleureux et frondeur, qu’en pensez-vous ?". Par ces mots, le bourgmestre de Liège avait sympathiquement évoqué il y a peu cette découverte et ce premier contact avec le nouveau crémant de Vin de Liège.

100 % Liégeois en effet, ou presque, le nouveau produit de la coopérative Vin de Liège aura assurément l’accent d’ici. Présenté au grand public ce week-end, les 12 et 13 décembre, au Théâtre de Liège, il sort à point pour ces fêtes de fin d’années. Découverte de l’Insoumise...

"Nous avons décidé de retenir ce nom, qui est une référence à Liège mais qui est quand même subtil", explique Alec Bol, administrateur-délégué de la coopérative. Subtil, comme le mousseux, espère-t-on chez Vin de Liège.

Pour rappel, la coopérative est née voici quelques années et a acquis ces hectares (une quinzaine) sur les coteaux d’Oupeye ; au printemps, Vin de Liège inaugurait son tout nouveau chai. Déjà 5 vins, dont un premier mousseux (un test dénommé Frémissement), ont été mis en bouteille. Avec Insoumise, on aurait toutefois atteint un produit de caractère, qui pourrait faire long feu en Cité ardente (et ailleurs)…

Le cépage utilisé est le Johanniter… histoire de vin oblige, ce n’est pas un hasard, comme nous l’explique Romain Bévillard, maître de chai. "C’est un cépage créé il y a une trentaine d’années issu du riesling qui est assez résistant aux maladies", explique le spécialiste. Sa caractéristique est aussi de bien supporter le climat sous nos latitudes. Le sous-sol calcareux a par ailleurs aidé la vigne à une gestion optimale de l’eau abondante qui coule parfois sur nos terres. "Ce nouvel effervescent est quasi un extra brut", précise encore Alec Bol, qui souligne au passage que la présence de la coopérative en Belgique n’est pas, non plus, due au hasard. "Nous ne faisons pas du vin en Belgique parce que nous sommes belges ; en général, on considère qu’un cépage donne son meilleur produit à sa limite nord."

L’insoumise n’est donc pas liégeoise que de nom, elle l’est de ses racines à ses grappes. "Nous avons aussi utilisé l’image des méandres de la Meuse pour notre étiquette, qui reste volontairement sobre", signe, on espère pas trompeur, d’un vin moderne et de qualité.

Durant ce week-end de présentation, un peu plus de 10.000 bouteilles seront mises en vente et pourront directement être emportées. L’insoumise est vendue au prix de 15,8 € la bouteille.