Liège

Les zones de police concernées invitent les usagers à lever le pied

LIÈGE Les mesures qui ont été mises en place dès ce mardi, dans le cadre de la dégradation de la qualité de l'air annoncée sur l'ensemble du pays, seront toujours d'application ce mercredi. Et peut-être même bien le jour de l'an.

Pour rappel, en province de Liège, ce sont 12 communes qui sont plus spécifiquement concernées par ces pics de pollution générés par des particules fines. Il s'agit de Liège, Fléron, Beyne-Heusay, Chaudfontaine, Ans, Herstal, Saint-Nicolas, Seraing, Grâce-Hollogne, Flémalle, Engis et Saint-Georges.

Conformément aux directives qu'elles avaient reçues, les autorités desdites communes ont donc activé leurs plans d'actions en la matière.

Il est bien sûr difficile d'évaluer l'impact de ces pics de pollution sur le comportement des usagers de la route. Certains, sensibilisés, auront scrupuleusement veillé à ne pas dépasser les 90 km/h autorisés sur l'autoroute. Il y en a même qui auront privilégié les transports en commun pour aller travailler. Pour d'autres, ceci n'est qu'une vaste plaisanterie !

Toujours est-il que les zones de police de la région liégeoise ont pris des mesures visant à inciter les automobilistes à lever le pied. Bon nombre d'entre elles ont d'ailleurs mis leurs radars à contribution.

C'est le cas à Chaudfontaine, où des radars préventifs, indiquant si l'on respecte ou non la vitesse maximale, ont été installés sur la N 61 à Vaux-sous-Chèvremont. Flémalle a procédé de la sorte en installant ses radars sur l'avenue Gonda, la Grand' route, le quai du Halage et la N 90. La vitesse était aussi surveillée sur la route de France.

À Herstal, les radars préventifs étaient postés rue Pierre Joseph Antoine et aux Hauts-Sarts.

À Seraing, ce sont les radars mobiles qui sont entrés en action. Et du côté de la zone de police d'Ans/Saint-Nicolas, il est prévu de faire circuler les radars répressifs d'un boîtier à l'autre.



© La Dernière Heure 2008