Liège Un jeune homme de 22 ans s’est jeté du 3e étage d’une habitation

C’est un terrible drame qui s’est déroulé ce week-end en marge du festival Les Ardentes… alors que des dizaines de milliers de personnes faisaient la fête, un jeune homme de 22 ans, originaire de Kraainem, a perdu la vie, dans la nuit de samedi à dimanche, en se jetant du troisième étage d’un immeuble, situé rue Marexhe (à Herstal), à quelques centaines de mètres du festival. C’est de son plein gré que le jeune homme se serait rendu sur place mais, selon les témoignages, il n’était pas dans son état normal…

Aujourd’hui, les personnes qui ont pu entrer en contact avec lui, qui ont assisté à la scène, affirment qu’il était "sous influence". Ils veulent tirer la sonnette d’alarme...

"Il devait être 4 h lorsque nous avons entendu des cris dans la rue", explique cette habitante de la rue Marexhe, "un jeune homme s’était introduit on ne sait trop comment chez nous et s’est retrouvé sur le toit de la maison voisine, au 3e étage. Nous le prenions au départ pour un cambrioleur mais nous avons très vite compris qu’il s’agissait d’un festivalier des Ardentes. Il était visiblement sous influence", nous explique la riveraine, encore sous le choc. "Nous avons tenté de le persuader de ne pas sauter, en répondant à ses propos incohérents, en alimentant son délire et en espérant qu’il veuille bien descendre. J’ai même placé un matelas sur le sol. Mais nous ne sommes pas formés pour ce genre de situation".

Les secours sont arrivés, le jeune homme n’a rien voulu entendre… "Il faisait mine de sauter, je lui disais qu’il n’y avait pas de piscine en dessous, juste du béton. Lui me répondait qu’il ne voulait pas repasser par la fenêtre pour ne pas déranger. Il délirait vraiment… Je ne peux pas l’affirmer à 100 % bien sûr mais je reste persuadée qu’il n’avait pas l’intention de se suicider. Et il n’était pas saoul car il n’aurait pas tenu en équilibre aussi longtemps"

Selon nos informations, plusieurs amis du jeune homme se sont inquiétés de ne plus l’apercevoir dans le camping, alors qu’il était dans un état second. Vers 5 h, il a sauté. Il est décédé le lendemain matin à l’hôpital.

Dans le quartier Marexhe, on pointe du doigt les dangers de la drogue… "Je n’en veux pas aux secours qui étaient à deux doigts de le retenir mais j’en veux aux vendeurs de mort, dealeurs en tous genres, qui se promènent impunément au sein des festivals qui sèment le malheur […] Si ce cas peut servir d’exemple, même pour un seul jeune, c’est déjà ça…".

Au Parquet de Liège, où l’on avait annoncé la tolérance zéro à l’égard des stupéfiants lors du festival, on précise tout d’abord que les analyses n’ont pas encore permis d’affirmer que le jeune homme était sous influence. Mais on regrette évidemment cette tragédie. "Nous avions signalé que nous sanctionnions les personnes en possession de drogue mais il serait bien sûr illusoire de croire qu’il n’y aurait pas des personnes droguées".