Liège C’est l’autre bonne nouvelle du jour pour les piétons et les cyclistes au quotidien

Avec l’aménagement des quais de Meuse, en rive gauche, entre le pont de Fragnée et le rond-point des Prémontrés, la Ville de Liège démontre sa volonté de valoriser son cours d’eau mais aussi ses modes doux… piétons et cyclistes.

À côté du subside accordé pour la construction des nouvelles Halles des Foires (à Bressoux) l’autre annonce de la ministre Valérie De Bue, présente ce jeudi à Liège, c’était cette promesse relative à la création d’un "corridor" dédié aux piétons et aux cyclistes… intégralement en site propre, mais sur une portion plus longue encore que celle des quais réaménagés, entre le Val-Benoît et Coronmeuse où aboutira le tram.

Ceci correspond à une mise en site propre de la quasi-totalité de la rive gauche liégeoise et répond à une forte demande de la population, exprimée lors de la grande consultation Réinventons Liège. L’objectif annoncé est bien d’en faire une priorité, parallèlement à l’aménagement du tram…

Déjà, toute la partie Nord de ce tracé, quai Saint-Léonard et quai de Coronmeuse, est programmée dans le cadre de la réalisation du tram, qui passe donc le long de la Meuse. Outre le tram, il est en effet prévu de réaliser cette piste en site propre pour les modes doux. Reste donc deux portions à réaliser l’une au niveau du centre-ville, entre le rond-point Cité (quai de la Batte) et le boulevard Piercot; l’autre entre le pont de Fragnée et le Val-Benoît

Pour la portion centre-ville, il s’agit de proposer "un itinéraire bidirectionnel (minimum 3 mètres), en évitant tout conflit avec la circulation automobile, via encorbellement des trottoirs côté Meuse". Ici particulièrement, des obstacles existent comme le pont Kennedy. Il est donc proposé de réaliser un passage similaire à celui situé en rive droite (courbe du Ravel dans le fleuve), idem au niveau du pont des Arches. Le trottoir devra aussi être élargi quai Roosevelt.

Quant à la portion Fragnée-Val-Benoît, l’assiette existe également mais il s’agira de l’aménager et de la sécuriser. Un passage sous le quai Banning (tunnel sécurisé) est enfin prévu pour pénétrer dans le Val-Benoît. Au total : 6,5 kilomètres de piste en site propre et une subvention de 6,4 millions.