Élections sociales… pour tous

M. B. Publié le - Mis à jour le

Liège

Elles concernent plus de 65.000 travailleurs à Liège, Huy et Waremme

LIÈGE Certes, les élections sociales sont souvent moins médiatiques que les élections politiques. Elles n’en sont pas moins primordiales rappellent les syndicats. Comme le précisait ce mercredi matin Jean-Marc Namotte, secrétaire fédéral à la CSC Liège-Huy-Waremme, “les élections sociales sont des enjeux locaux importants” . Dans l’entreprise, en effet, “tout le monde connaît son syndicaliste” , rappelle-t-il.

Ainsi, à l’aube de la journée internationale d’hommage aux victimes des accidents du travail et alors que les derniers chiffres furent exposés (lire ci-dessous), c’était l’heure pour le syndicat chrétien de faire le point sur ces deux semaines d’élections, du 7 au 20 mai, qui concernent pas moins de 323 entreprises. “C’est sept de plus qu’en 2008” . L’objectif est de rester... “le 1er syndicat” .

Comme tout le monde le sait, lors des élections sociales, à l’annonce des résultats, “tout le monde gagne” . Sans rentrer dans les comparaisons chiffrées, la CSC tenait ce mardi à préciser sa “bonne santé . La CSC est le 1er syndicat de Belgique, de Wallonie et dans la province de Liège” . Le combat est lancé, Jean-Marc Namotte évoquait en effet une progression constante depuis 25 ans avec aujourd’hui près de 100.000 affiliés pour Liège-Huy-Waremme.

Parmi les enjeux bien sûr, il y a la présence au sein des entreprises. Sur cet aspect, le vice-président fédéral, Pierre Xhonneux, se réjouit : “nous sommes dans 51 nouveaux collèges électoraux” … Une première victoire est ainsi constatée, s’il y a près de 3.000 mandats à obtenir, “nous avons présenté plus de 3.000 candidats” .

Mais l’autre grand défi est bien sûr l’intérêt du travailleur… et notamment des jeunes. À en croire Charline, candidate pour la première fois chez TNT, le combat syndical n’est nullement abandonné, que du contraire : “ce qui m’intéresse, c’est le lien entre les générations […] Lorsqu’on m’a proposé de me présenter, j’ai vite été très intéressée car je trouve que nous sommes la relève” . Quant à la situation chez TNT, elle annonce déjà : “c’est dans des situations comme cela qu’il faut être solidaire, c’est maintenant qu’il va falloir être attentif, c’est motivant” .

Mais pour transmettre le savoir, les jeunes pourront compter sur les anciens. Vitto Fiume travaille chez Techspace Aero depuis plus de 30 ans. Il y est également syndicaliste depuis autant d’années.

Sa motivation, il la puise dans “la confiance que les travailleurs nous font” . Comme beaucoup, en effet, il dit être “investi d’un devoir” , notamment envers les jeunes.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner