Liège Le payement des pensions du passé conduit la Ville dans le mur

En 2012, la facture liégeoise pour le payement des pensions du passé (charge transférée aux communes pour ces "non-nominations" des agents communaux),s’élevait à 16,8 millions, en 2013, elle était de 17,6 millions, de 18,8 millions en 2014, 23,3 en 2015 et 26 en 2016… Sur ces 5 années dès lors, le montant à payer pour ces cotisations de responsabilisation s’élève à plus de 100 millions d’euros à Liège. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que ce montant ne risque pas de diminuer… en 2022 et 2023, il dépassera même la barre des 40 millions !

Ce jeudi, à l’heure de faire les comptes de la Ville pour l’année 2017, on se félicitait bien sûr d’avoir maintenu un équilibre. Mais Michel Firket, échevin des Finances de Liège, ne le cachait pas… sans solution pour ces cotisations, "l’impasse est en vue".

Que fait Liège à l’heure actuelle ? Ces dernières années, la Ville a eu recours à un emprunt Crac (Centre régional d’aide aux communes), ce qui permettait en quelque sorte d’externaliser le problème. Comme l’indique toutefois le bourgmestre, cette solution fait grimper les charges d’emprunt pour la Ville (ci-contre). Une solution doit donc être trouvée… Les villes (Liège comme Charleroi) ne sauront assumer seules de tels montants.

Il n’en reste pas moins qu’en 2017, "en ce qui concerne la gestion proprement dite de la Ville, notre mission est bien accomplie", insistait Michel Firket.

Faits marquants dans ces finances 2017 ? Au niveau des recettes, on constate cette forte diminution par rapport aux prévisions (800.000 €) pour la vente des sacs jaunes. Le Liégeois semble mieux trier ses déchets. Et si la perception des recettes à l’impôt des personnes physiques a rapporté moins que dans les prévisions, il y a bien une augmentation moyenne annuelle de 2 %. Plus aisé le Liégeois ?

Au niveau des dépenses, le poste personnel reste le plus conséquent, avec une augmentation significative cette année (+ 4,1 %), les salaires ayant été indexés de 2 % en juillet. Notons enfin qu’au service extraordinaire (grands travaux), le taux de réalisation est de 47,5 %… un taux relativement bas, essentiellement car le chantier de la Cité administrative (29 millions) n’a pas encore pu être engagé.

Willy Demeyer Bourgmestre PS de Liège

"À cause du nouveau gouvernement"

"Le problème aujourd’hui est que l’emprunt Crac fait donc grimper la charge d’emprunt pour les villes. Ce qu’on constate, c’est que le nouveau gouvernement est moins sensible aux problèmes urbains. Cela sera d’ailleurs l’un des débats lors des élections régionales de 2019. Il faut aussi constater que cela se passe autrement en Flandre. La Région a pris en compte ce problème en créant une supercatégorie [NdlR : relativement à ce type d’emprunt] … mais chez nous, s’il existait une politique des villes dans les attributions de Paul Furlan, celle-ci a totalement disparu avec le remaniement de son cabinet."