Liège L’attaquant de Dison a marqué sept fois durant les sept premières journées. "Je n’ai jamais douté que nous pouvions à nouveau jouer le titre"

Dison s’est imposé 0-4 à Amay. C’est la première fois cette saison que l’équipe verviétoise n’encaisse pas. Un soulagement pour son attaquant, Benoit Closset. "Se dire qu’on doit toujours marquer au moins deux buts pour gagner, ça pèse un peu, dit-il. Amay ne peut évidemment pas être considéré comme un match référence, mais je pense tout de même que, cette fois, nous avons trouvé la bonne formule derrière."

Heureusement pour Dison, Closset affiche la même régularité que la saison dernière et semble à nouveau bien parti pour être meilleur buteur. Actuellement, il tourne à un but de moyenne par match. "Je ne pense pas que je vais garder cette moyenne, ce serait trop beau, dit-il. L’an dernier, j’ai marqué vingt-cinq fois. Cette fois, il y a quatre matchs de plus. Si je pouvais arriver à trente, ce serait bien…"

Closset a d’autant plus de mérite qu’il a perdu Thelin et surtout Maréchal, deux de ses fournisseurs attitrés. "Maréchal n’avait rien à faire en P1, dit-il. Il lit le jeu dix fois plus vite que tout le monde. Mais, cette saison, je n’ai pas à me plaindre non plus : Duran prend ses responsabilités et nous avons Ramirez. Il est moins rapide que Maréchal mais encore plus précis."

Objectif titre

À 33 ans, Closset ne changera plus de style, mais l’arrivée de Philippe Derwa a tout de même provoqué quelques adaptations pour lui aussi. "Je perds moins d’énergie à défendre en perte de balle. Par contre, je dois réfléchir davantage à bien me placer pour obliger les défenseurs à relancer comme nous le souhaitons" , explique-t-il.

Alors qu’on annonçait un Dison très déforcé, l’équipe semble en mesure de lutter à nouveau pour le titre. "Ce sera un Championnat très différent de la saison dernière, où trois-quatre équipes s’étaient détachées assez vite (NdlR : cette fois, elles sont 7 sur 3 points). On nous a dit déforcés parce que nous avions perdu Maréchal et Thelin, mais un club qui range ses ambitions ne fait pas venir Philippe Derwa, Ramirez, Ghafghaf, El Alaoui, Bonnechère..."

Lui n’avait pas attendu de savoir tout cela pour décider de rester. "Dès le mois de décembre, j’ai été contacté, même par des clubs de D3 amateurs, mais j’ai tout rejeté en bloc : une fois que j’ai eu la certitude que Dessaucy et Haguemann restaient, je n’avais plus de raison de partir."