Liège

Soyons clairs, ce projet est privé… et un peu public quand même !

Ce mercredi, ce vaste terrain, situé à côté de l’esplanade des Guillemins (à ne pas confondre avec la place) et qui s’étend de la rue de Sclessin à la tour des Finances, a fait officiellement l’objet d’un appel à projets, lancé par le propriétaire du terrain lui-même… Fedimmo. Pour l’occasion, la société qui avance également à grands pas dans la construction de la tour des Finances (on en est à 17 étages sur 27) a en quelque sorte accepté d’associer les pouvoirs publics à sa démarche.

"C’est donc une sorte de partenariat public privé", commentait Philippe Henry, ministre de l’Aménagement du territoire, qui tient ici à souligner l’implication du public dans un projet de cette envergure.

Les pouvoirs publics s’assurent ici un rôle dans le jury qui sélectionnera le candidat lauréat mais aussi dans la rédaction du cahier des charges. Car ce que veulent la Ville et la Région, c’est avant tout un quartier d’affaires... "À l’image de ce qu’on peut voir à Eurolille, Lyon Part-Dieu ou Bordeaux Saint-Jean."

L’endroit est, de fait, "extrêmement stratégique". Tant au niveau de l’espace (on parle de 12.500 m²) qu’au niveau de la situation, "il est rare d’avoir à disposition des pages blanches comme celle-ci".

Ce mercredi, il s’agissait donc de lancer la première phase de la procédure consistant à filtrer les candidatures sur le plan des capacités financières et techniques. Une fois cette première sélection effectuée (en janvier 2014), les quatre candidats restants pourront proposer un projet concret d’aménagement des terrains… en respectant certains critères !

Ceux-ci devront ainsi composer avec le caractère écologique que tient à conférer la ville à ce quartier. Des principes de densité et de mixité des fonctions devront également être respectés. Ici, ce sont 35.000 m² de bureaux, de logements et de commerces qui sont attendus même si la priorité reste bien le quartier des affaires .

"Ce que nous voulons c’est un véritable centre d’affaires wallon autour de la gare des Guillemins", insistait Jean-Claude Marcourt, ministre de l’Économie.