Liège L’échevin PS, qui a démissionné et qui ne se représentera pas, prépare sa défense

Les faits remontent à vendredi en soirée, lors de la Fête du Brouck, à Ans. Selon des témoins, Thomas Cialone, échevin MR, a été publiquement victime de propos homophobes de la part d’un autre échevin, Henri Huygen (PS), en charge notamment de l’Égalité des Chances.

Depuis lors, l’affaire a fait grand bruit et a secoué le monde politique. Thomas Cialone, pour sa part, a décidé de déposer plainte. Parmi les témoins cités dans cette plainte, figure notamment Patrice Lempereur, candidat PS, qui a indiqué avoir été, lui aussi, victime vendredi de propos homophobes tenu par l’échevin socialiste.

C’est dans ce climat, dimanche, qu’Henri Huygen a annoncé sa démission de son poste d’échevin et son retrait de la liste PS pour les élections communales du 14 octobre prochain. Mais il nie avoir tenu de tels propos...

"D’après mes informations, on me demande d’excuser tout propos qui aurait pu être sujet à interprétation et non ce que je fais avec conscience", commence Henri Huygen, "je n’ai jamais voulu à un quelconque moment de ma vie faire du mal surtout dans un domaine qui touche la vie privée et la liberté de chacun. Je démens donc de la façon la plus formelle ce type d’accusation".

L’échevin démissionnaire poursuit : "au niveau communal, j’ai initié un Code de la Diversité, qui prône notamment l’égalité des chances, j’ai pu aussi obtenir une permanence sur le territoire d’Ans pour Unia. Je n’ai plus rien à prouver quant au respect des libertés individuelles. On me fait injure en émettant l’idée que j’aurais pu devant des personnes du MR aborder moi-même ce type d’allégations qui va a contrario de mes convictions".

Henri Huygen estime en outre que son droit à la défense " est bafoué" et avoir "droit à un minimum de décence ". Avant de conclure : "je vais désormais m’atteler à préparer ma défense pour sauver mon honneur".

Thomas Cialone a déposé plainte

Différents témoins sont cités dans la plainte, dont Patrice Lempereur

"Je ne m’attendais pas à ce que cette affaire prenne une telle ampleur", commence Thomas Cialone, échevin de la commune d’Ans et tête de liste MR aux prochaines élections communales, "mais étant donné de l’attitude d’Henri Huygen, qui ne s’excuse pas, et de la gravité des propos tenus, qui stigmatisent l’ensemble des homosexuels, je me devais de réagir . Qu’il démissionne ou qu’il ne se représente pas ne change rien, je ne lui ai pas demandé de le faire, ce n’est pas à moi de m’immiscer dans les affaires du PS".

Ce lundi, Thomas Cialone a donc bel et bien déposé plainte en tant que partie civile auprès du Procureur du Roi. Une plainte qui a également été transmise à Unia.

L’échevin MR poursuit : "je revendique mon droit à l’indifférence, mais quand on vous balance votre différence au visage, il faut savoir sortir ses griffes. Je suis libéral : chacun pense ce qu’il veut. Mais, lorsque l’on s’exprime, il faut tenir compte du contexte et savoir les dire avec tact".

Dans cette affaire, Thomas Cialone note "plusieurs circonstances aggravantes : la personne qui a proféré ces paroles est un mandataire public, il est échevin de l’Égalité des Chances, et il énonce ces propos dégradants en public".

Parmi les nombreux témoins cités dans la plainte figure notamment Patrice Lempereur, candidat PS pour les futures élections. "J’ai été témoin et moi-même victime plus tôt dans la soirée de propos homophobes de la part d’Henri Huygen", précise l’intéressé, "j’ai décidé de ne pas déposer plainte, mais j’ai accepté d’être témoin dans le cadre de la plainte de Thomas Cialone".