Liège La poule de Herve était à l’honneur à la Foire agricole

À chaque édition, son thème. Cette année, La poule de Herve était à l’honneur en cette 29e Foire agricole de Battice qui se déroulait ce weekend. Si les organisateurs ont opté pour ce thème, c’est que la poule de Herve est menacée d’extinction. "C’est une race ancestrale de notre terroir. Son standard date de 1896. C’est une poule pondeuse qui est vive et qui aime la liberté. Elle peut vivre dans un environnement assez rustique", explique Didier Brick, membre des éleveurs de la poule de Herve. "L’intérêt de l’élever plutôt que des poules hybrides, c’est faire acte de résistance locale". Ne reposant plus que sur quelques éleveurs passionnés - une dizaine seulement sur le plateau de Herve-, "il y a un besoin de pérenniser la race, d’initier d’autres élevages", ne fût-ce qu’à l’échelon familial.

Pour la Confrérie de la poule noire de Herve, présente sur le champ de foire tout ce weekend, l’objectif était donc de promouvoir la race de la poule noire de Herve. "On souhaite faire prendre conscience au citoyen qu’il existe une poule locale. On souhaite aussi sensibiliser les familles à une certaine économie alimentaire au travers des poules, et de se dire : ‘pourquoi on ne prendrait pas une poule, et pourquoi pas une poule de Herve ?’".

Dans des cages, plusieurs poules noires attendaient dimanche leur nouveau propriétaire. "Avoir une poule chez soi, c’est d’abord sympa pour éduquer les enfants. Elle permet d’éliminer les déchets alimentaires et surtout de produire des œufs. Après deu x ans d’âge, on peut lui tordre la nuque pour la consommer", précise l’éleveur. Si une poule hybride industrielle (de Flandre, des Pays-Bas) peut pondre jusqu’à 300 œufs par an, la poule de Herve n’en produit que 180. "Mais elle sera plus résistante et ne nécessitera pas d’antibiotiques comme les poules hybrides…". L’homme promeut l’élevage amateur ou plus confirmé, soit "une agriculture plus durable et raisonnée".Aude Quinet