Liège Le montage financier est bouclé. Les travaux devraient débuter en 2020

C’était il y a 3 ans. Le 6 avril 2012, un hélicoptère heurtait les câbles du téléphérique. Le tragique accident avait coûté la vie au pilote et à son passager. D’importants dégâts matériels avaient également été occasionnés, marquant l’arrêt de l’outil touristique. Souhaitant se positionner comme un pôle touristique incontournable, la ville de Huy avait alors lancé des expertises et initié une réflexion qui ont abouti à la décision de réhabiliter le téléphérique. Optimistes, les autorités locales avaient tablé sur une remise en service en 2014, puis en 2017…

Ce lundi, ces autorités ont présenté, en présence du ministre du Tourisme, René Collin, et du député provincial Paul-Émile Mottard, l’état d’avancement du Master plan téléphérique, initié en 2015. S’il était "long, compliqué et a demandé beaucoup d’énergie, de patience", "il s’agit d’un dossier important qui va redéployer la ville de Huy", a souligné le député-bourgmestre Christophe Collignon (PS). Le montage financier est en effet désormais bouclé et l’espoir de revoir un jour le téléphérique à Huy se concrétise.

La cabine retenue (17 places), sera d’apparence similaire à l’ancienne, avec une zone d’observation sur le plancher. Quant aux trois stations, celles-ci seront réaménagées et dotées d’un ascenseur accessible aux PMR.

Les bâtiments de la station basse, "Batta" (pôle de départ), et amont, "La Sarte" (pôle d’arrivée), seront par ailleurs modernisés par un "lissage" des façades et un nouvel éclairage.

Enfin, c’est toute l’esplanade "Batta", en bord de Meuse, qui fera l’objet d’un aménagement voulu de délassement, de redynamisation des commerces et de mise en valeur des quais, avec un point Horeca ainsi qu’un arrêt pour la future navette fluviale. La station intermédiaire "Fort" jouera pour sa part l’attrait touristique du Fort.

Le marché des travaux sera lancé dans le courant de l’année prochaine tandis que les travaux devraient débuter en 2020. La Ville prévoit d’inscrire au budget extraordinaire de 2019 un crédit de 7 millions afin de permettre la mise en œuvre du chantier estimé à 6.615.873 euros. L’intervention de la Ville s’élèvera à 1.035.343 euros. Le reste sera financé par l’intervention de l’assurance et par des subsides, tant de la Province que du gouvernement wallon.