Liège Un règlement en ce sens vient d’être adopté par les autorités communales

Pour pouvoir implanter un bar à chicha dans la province de Liège, il va falloir montrer patte blanche ou tomber sur un bourgmestre très tolérant.

Car, en haut-lieu de la magistrature, on fait clairement en sorte que ce type d’établissement ne s’installe pas. Un projet de règlement a ainsi été suggéré par le procureur du Roi de Liège à l’ensemble des communes de l’arrondissement.

Et deux communes de la Basse-Meuse ont déjà adopté le texte. Il s’agit de Herstal et Bassenge. Elles ne sont plus les seules puisque Flémalle vient de s’ajouter à cette short list. "On peut peut-être s’étonner de voir débarquer un règlement visant à réglementer et à limiter l’implantation de bars à chicha sur notre territoire dans la mesure où non seulement il n’y en a pas mais aussi où il n’y a pas de demande actuellement", explique Sophie Thémont, la bourgmestre faisant fonction.

"Mais, dans la mesure où ce règlement devrait être également adopté dans la plupart des communes de l’arrondissement suite aux recommandations des autorités judiciaires, il s’agit d’anticiper les futures demandes pouvant nous parvenir. En effet, les exploitants de tels établissements qui auront essuyé un refus là où il existe un tel règlement chercheront naturellement à s’implanter ailleurs et il s’agira alors de pouvoir leur exposer une réglementation en bonne et due forme".

À Flémalle, on n’a pas fait dans la dentelle au moment de penser ledit règlement. "Concrètement, on interdit l’exploitation de tels établissements à moins d’un kilomètre d’une école, d’une infrastructure sportive, d’un milieu d’accueil de la petite enfance, d’un centre culturel, d’un lieu de culte ainsi que de la gare… Ce qui, en ce qui nous concerne, revient à dire qu’il n’est quasiment pas possible pour eux de s’implanter sur notre territoire."

Voilà les futurs exploitants prévenus d’autant que ce règlement va déjà être exécutoire.

J.Ja