Ils attendent depuis 40 ans !

Marc Bechet Publié le - Mis à jour le

Liège

Les habitants de la rue de la Buse veulent de l’asphalte depuis... toujours

HERSTAL Des prairies humides, un sifflement d’oiseau, une odeur d’herbe fraîchement coupée et des brebis qui paissent non loin : la rue de la Buse a tout pour plaire et, assurément, étonne par son caractère champêtre, elle qui est installée à deux pas du centre de Herstal. Ce climat serein semble bien avoir traversé les époques sans que la moindre touche de modernité ne soit apposée sur ce site… ni même la moindre touche de progrès d’ailleurs et ce, au grand dam des riverains qui, depuis toujours, réclament “simplement” une route asphaltée.

En mars dernier, c’est la conseillère Nadia Moscufo (PTB) qui avait évoqué publiquement cette problématique lors du conseil communal. Et si d’aucuns feignaient de ne pas connaître l’emplacement de ladite rue, chacun connaît les problèmes rencontrés par les 11 derniers habitants.

Comme le souligne ce riverain, “l’ancien bourgmestre, M. Namotte, était même venu voir mais il avait crevé son pneu. J’avais dû l’aider à changer sa roue” .

Depuis, l’état pitoyable de ce qu’on ne peut décemment pas appeler une rue ne fait que se détériorer. Les riverains réclament une route convenable. “Nous ne demandons pas une autoroute mais juste quelque chose de correct” , explique Chantal, qui vit dans la rue depuis 40 ans.

Lors de l’interpellation de la conseillère PTB, il semblait clair dans la réponse des autorités que le dossier dépendait de la suppression du passage à niveau à l’entrée de la rue et donc d’Infrabel. Rien n’est prévu dans l’immédiat dès lors.

Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé. Dans les mains de cette habitante, une lettre indiquant cette demande : “Notre rue est depuis longtemps dans un état très mauvais pour ne pas dire dangereux pour les habitants…” . Au-dessus du courrier, on peut lire une date : le 6 février… 1980.

“Auparavant, il y avait d’autres habitations” , précise encore Chantal, “et c’est faux de dire qu’il n’y a pas d’égouts” , poursuit le voisin. “Certains ont finalement répondu que nous connaissions cette situation en venant habiter ici.”

Il y a un an, une pétition d’une petite centaine de signatures n’avait rien changé. “Mon souhait serait peut-être de faire une administration communale plus petite et qu’on vienne enfin faire la rue.”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner