Liège

Alors que le Sder vient d’être soumis à enquête publique, les autorités communales hutoises se préparent à faire part de leurs remarques au ministre Henry.

On savait déjà que Huy n’était pas reconnue comme pôle touristique majeur, ce qui a d’ailleurs fortement ému les Hutois qui se sont mobilisés sur Facebook pour défendre l’image de leur ville. On ne savait par contre pas que ce n’est pas là le seul oubli de ce schéma de développement.

"On peut remarquer de gros manquements", commente le Premier échevin, Joseph George, avant d’énumérer quelques oublis.

La liaison Tihange-Strée, qui est pourtant en construction et qui reliera la Hesbaye au Condroz, est absente du document. Il en va de même de la centrale nucléaire (voir ci-contre), des cheminements du Ravel ou encore de la gare de Statte.

"Je crois qu’ils ont oublié de faire l’étude sur Huy", ironise le bourgmestre, Alexis Housiaux.

Le 27 janvier dernier, le collège communal avait pris une délibération concernant le contenu du Sder. Il sera proposé au conseil communal du 11 février de l’approuver. Elle sera alors transmise au ministre pour le 27 février au plus tard. Le ministre sera invité à ne pas adopter le Sder en l’état.

Car si le collège n’est pas opposé au principe du Sder, il veut que la cartographie réalisée soit la plus proche possible de la réalité de Huy et de sa région.

Des questions quant au statut du document et quant à sa portée juridiques sont également posées par les autorités locales bien que l’échevin Christophe Collignon apaise certaines craintes.

"Le précédent document n’a jamais empêché une commune d’obtenir de subsides", explique-t-il alors que de nombreuses communes craignent de voir les subsides être conditionné aux critères retenus dans le Sder.

L’échevin, qui est aussi député wallon, interpellera ce jeudi le ministre quant à la problématique.