Liège Nos communes développent depuis plusieurs années des techniques alternatives d’entretien.

Le débat fait encore rage au niveau européen mais, c’est dans l’air du temps, le glyphosate, herbicide mieux connu sous le nom (marque) Roundup, vit ses dernières heures.

Cet été en effet, la Région wallonne donnait le ton au Sud du pays en interdisant l’utilisation du produit - pointé du doigt par l’Organisation mondiale de la Santé car potentiellement cancérogène - pour les particuliers. L’agrément du produit et son exploitation dépendent cependant des niveaux européen et fédéral. Ce 9 novembre, un vote européen devrait justement réduire à 5 ans l’utilisation dudit produit. La Belgique optera en tout cas pour cette restriction comme la France et l’Italie.

En Région wallonne, les pouvoirs locaux ont donc pris les devants. Et s’il existe des dérogations pour les cimetières où l’herbicide peut encore être utilisé, nombreuses sont les autorités locales qui ont déjà développé des techniques alternatives d’entretien.

Esneux fut pionnière en la matière… et a essuyé les plâtres. "Au départ, ce n’était pas facile bien sûr", se souvient la députée PS Christie Morreale, échevine empêchée, "mais après une période d’adaptation, force est de constater que nos fossoyeurs ont une parfaite maîtrise des nouvelles méthodes". Le désherbage mécanique et le désherbage thermique en l’occurrence. "Ces méthodes sont appliquées en rotation continue."

À Esneux, on travaille aussi sur une autre technique, plus "durable et moins coûteuse sur le long terme" : l’enherbement. C’est ce qui fut mis en place, depuis 3 ans déjà, à Chaudfontaine. Si la transition peut paraître brouillonne, le résultat final est particulièrement attractif. "Nous utilisons des brûleurs à gaz pour désherber mais la végétalisation d’allées est aussi utilisée et le résultat est tout à fait satisfaisant", se réjouit Sabrine Elsen, échevine MR à Chaudfontaine.

Une méthode qui fait des émules puisque Seraing, dont les 7 cimetières s’étendent sur l’équivalent de 42 terrains de football, a aussi décidé d’en faire sa méthode d’entretien privilégiée à l’avenir. "Dès 2012, nous avons testé différentes techniques", explique Sabine Roberty, échevine PS à Seraing, "dont le mélange sel et vinaigre mais ce n’est pas conseillé sur le long terme. Alors que l’enherbement est vraiment séduisant. Nous utilisons 5 graminées dont le trèfle ou alors le sedum qui forme de véritables petits tapis verts". Un air de campagne dans nos cimetières en quelque sorte… un air auquel il va falloir s’habituer puisqu’à partir du 1er juin 2019, plus aucun produit phytopharmaceutique ne pourra être utilisé dans les espaces publics wallons.