Liège

L’échevine et députée liégeoise est la maman de Mael, un garçonnet souriant qui est scolarisé au lycée de Waha.

"La situation est difficile. J’ai appris comme tout le monde ce qui se passait", dit-elle. "La première notification qui m’est parvenue est qu’il y avait un tueur dans l’école. Quand on lit ça, on a peur. Je ne savais pas qu’on pouvait avoir aussi peur de sa vie."

Tout s'est passé très vite ce mardi matin, l'échevine Julie Fernandez-Fernandez était à son bureau lorsqu'un de ses collaborateurs la prévient, "j'ai vraiment eu la peur de ma vie", nous explique-t-elle alors qu'elle vient de récupérer son fils de 7 ans, scolarié au Lycée de Waha. "Le bourgmestre sait que mon fils est dans cette école, il me prévient aussi, je suis directement venue".

Sur place, la maman-échevine avait déjà quelques informations rassurantes sur les enfants, "en arrivant, je sais qu'ils ont été évacués par l'arrière, qu'ils ne sont pas blessés". En attendant son bambin, elle tente, tant bien que mal, de rassurer les autres parents qui ont accouru rue Beeckman, où ils pouvaient récupérer leurs enfants.

"Il faut dire que l'école a vraiment bien géré les choses, tous les enfants ont rapidement été mis à l'abri, c'est un travail remarquable. Les enseignants et les éducateurs ont vraiment eu de bons réflexes".