Liège Marc Bolland nous explique clairement le processus de remboursement

Depuis plusieurs mois le MR crie, à juste titre, au loup concernant la caserne de Saive. Au 1er janvier 2019, la commune devra solder son remboursement, soit un total de 8,5 millions.

Et, à l’heure actuelle, il faudrait être magicien pour y parvenir. Marc Bolland, le bourgmestre, ne va pas se muer en David Copperfield dans les mois à venir. Juste en gestionnaire et un peu, il faut bien l’avouer, en agent immobilier.

"Rappelons en préambule que la caserne, ce sont 70 PME et 40 associations qui rendent vie à un endroit qui aurait pu se muer en chancre…", souligne Marc Bolland.

Des occupations qui engendrent en loyers des rentrées de 400.000 € par an. Une manne qui permet au collège de ne pas augmenter les taxes et de conserver d’importants bonis souvent réinjectés pour réaliser de nouveaux projets.

À l’heure actuelle, 5 millions ont déjà été remboursés grâce à l’emprunt Bullet… Une somme qui aurait pu suffire "si le CDH local ne s’était pas mêlé à l’époque de vouloir nous doubler, nous aurions pu ne débourser que cette somme-là sur base d’expertises et de comparaisons avec les casernes flamandes", rappelle Marc Bolland.

Le 1er janvier 2019 , la commune versa un million supplémentaire via l’emprunt Bullet "ce qui amènera donc le solde à 7,5 millions", ce qui reste conséquent…

Pourtant, grâce à de nombreuses ventes en cours, ce solde va fondre comme neige au soleil… "Les ateliers seront vendus pour 1,5 million. Les offres devaient nous parvenir pour le 31 mars. D’ici fin octobre, ce sont quelque 35.000 m² de terrains à bâtir qui seront eux aussi vendus pour une somme similaire, réduisant ainsi le solde à 4,5 millions d’euros."

À cela, ajoutons plusieurs opérations immobilières de vente prévues dans les prochains mois, à savoir le bâtiment E pour quelque 2,4 millions, le bâtiment occupé par Fun for kids, premier locataire sur le site, locataire qui sera prioritaire (500.000 €) et enfin le bâtiment C (1,3 million). "Il ne restera alors que quelques centaines de milliers d’euros. On pourra renégocier avec la Défense", sourit Marc Bolland.