Liège

Jérôme a écopé d’une peine de deux ans avec sursis pour la moitié et d’une déchéance.

Le tribunal de police de Liège a condamné Jérôme, 31 ans, à deux ans de prison avec sursis probatoire pour la moitié de la peine, pour avoir commis un accident qui a coûté la vie à Nadège, 23 ans, alors qu’il était ivre et avait consommé du cannabis. Le juge lui a également infligé une déchéance du permis de conduire de deux ans ferme et l’obligation de repasser les examens théorique, pratique, physique et psychologique.

Dans la nuit du 21 février 2015 dans la rue de Tavier à Seraing, Nadège attendait son bus lorsqu’elle a vu le véhicule conduit par Jérôme lui foncer dessus. La malheureuse n’a rien pu faire. Jérôme avait repris le volant alors qu’il avait 1,29 gramme d’alcool dans le sang, soit le double du taux autorisé. Il avait également consommé du cannabis.

La nuit des faits , la chaussée était mouillée, ce qui n’a pas empêché le jeune homme de rouler à 70 km/h alors que la vitesse est limitée à 50 km/h. Après l’accident, des canettes de bière entamées ont été retrouvées dans son véhicule… Pourtant, le jeune homme avait déjà eu un sacré avertissement. En effet, en 2009, il avait commis un autre accident de la route alors qu’il avait bu ! Cette fois, il n’avait pas respecté un stop et avait été éjecté de la voiture après avoir percuté un véhicule.

Cela ne l’a, semble-t-il, pas responsabilisé. La nuit des faits, il a fait un détour étonnant pour rentrer chez lui… Il serait passé par là pour aller se chercher un soda.

Selon lui, il n’aurait pas vu l’accident parce qu’il s’est protégé le visage lorsqu’il a compris qu’il allait sortir de la route.

"J’ai été choqué. Je ne bois plus. J’ai fait une erreur. Je me rends bien compte."

Alors que la défense estimait que les faits n’étaient pas en lien direct avec l’alcoolémie et la consommation de cannabis, mais bien à cause de l’état de la route mouillée, le tribunal n’est pas allé dans ce sens.

Le juge a souligné l’absence de remise en question, la gravité intrinsèque des faits, ses antécédents judiciaires spécifiques et son absence d’amendement car il a déjà été condamné pour le même type de faits.

"C’est honteux !"

Lors du prononcé, les membres de sa famille ont laissé exploser leur colère. "Juge de pacotille", a lancé l’un d’eux dans la salle d’audience. "Nadège est morte, vous n’avez eu aucun respect pour elle, c’est honteux !" L’ambiance était particulièrement tendue tant la famille était choquée de la peine prononcée. "On peut se permettre de boire, de prendre sa voiture et d’aller tuer quelqu’un", explique Pino, le père de Nadège. "On lui a rendu le volant pour aller tuer ma fille alors qu’il avait déjà eu un accident grave. On va lui rendre encore le volant." Le papa ne décolère pas. "C’est un criminel. Il n’a émis aucun regret." 

Pour l’homme, la justice ne protège pas les honnêtes citoyens. "Ce sont des peines dérisoires. C’est un mauvais message que l’on donne aux personnes qui prennent le volant en étant ivres." Pour l’homme, l’État refuse de sanctionner des personnes qui font "marcher le commerce en buvant de l’alcool".