Liège

Dans le respect des "règles éthiques et économiques"

Une délégation de la FGTB, comprenant des membres du SETCa, a rencontré mardi en matinée le député fédéral MR Gilles Foret afin de conscientiser le seul parti francophone au gouvernement fédéral de l'importance du secteur de l'armement dans le bassin liégeois. D'importantes tractations sont en cours à ce niveau de pouvoir au sujet du remplacement des blindés de la force terrestre et des F-16. Ces deux contrats devraient profiter aux entreprises liégeoises compte tenu de leur expérience et leur expertise en la matière, estime Francis Gomez, président des Métallos de la FTGB Liège-Luxembourg. M. Gomez rappelle que le bassin liégeois compte 5.000 travailleurs actifs dans le domaine de l'armement au sein d'entreprises dont le savoir-faire n'est plus à démontrer. Le syndicat socialiste estime donc que certaines d'entre elles, comme CMI et la FN Herstal, doivent pouvoir faire une offre dans le cadre d'un marché de 1,1 milliard d'euros pour le remplacement des blindés de la force terrestre dans le cadre du programme Camo (capacité motorisée).

M. Foret a été sensible au discours des représentants syndicaux d'autant qu'un autre contrat, celui du replacement des F16 qui avait permis à Techspace Aero (Herstal) de prendre son envol, est également sur la table des négociations. Il a accepté de porter ces dossiers dans le respect des "règles éthiques et économiques".

Le député fédéral et les représentants syndicats ont également évoqué l'octroi des licences, 25 d'entre elles ayant été accordées par le gouvernement wallon MR-cdH en 2017 mais un recours en suspension et en annulation a été introduit par la ligue des droits de l'Homme. Seul le recours en annulation doit encore être analysé.

La FGTB et le SETCa estiment que cette problématique doit être réglée au niveau européen "car nos politiques, pour des raisons éthiques, vont continuer, en interdisant certains marchés, à détricoter un secteur qui tente de se diversifier pour faire face à ces décisions", souligne M. Gomez.

Des rencontres avec le PS, le PTB, Ecolo et Agoria sont également programmées.