Liège

Les travailleurs affiliés à la FGTB, réunis par leurs représentants en séance d'information jeudi matin, ont décidé à l'unanimité de poursuivre la grève à la FN Herstal jusqu'au mardi 10 octobre.

Cette décision est la conséquence du passage hier/mercredi d'un huissier envoyé par la direction afin de constater la fermeture de l'entreprise pour raison de grève et le blocage au sein de l'usine de conteneurs prêts à l'expédition. La FGTB annonce cependant que cette grève pourrait être à tout moment suspendue si la direction prend contact avec la délégation syndical en vue de rétablir un dialogue social afin d'aboutir "au finish" à un accord qui agrée les parties.

La FGTB s'attend à nouveau à l'envoi d'un huissier avec, cette fois, ordonnance du tribunal imposant la réouverture des grilles. "On ne s'y opposera pas. Ceux qui veulent rentrer pourront rentrer mais sans les travailleurs de la FGTB, l'entreprise ne pourra pas tourner."

Le syndicat socialiste fustige également la position de la direction et ses commentaires qui attisent ce confit. Cette dernière assure qu'elle avait un accord avec la délégation syndicale pour laisser sortir des pièces prêtes à l'expédition afin de fournir des clients et ne pas s'exposer à des pénalités de retard.

"La direction n'a jamais demandé qu'on laisse sortir certains conteneurs. Elle a juste sollicité des travailleurs pour qu'ils puissent remplir les camions. La balle est dans son camp pour débloquer la situation et se mettre réellement à table, pas comme mardi lors d'une conciliation qui n'en n'avait que le nom", dénonce la FGTB.

Direction et syndicats négocient depuis plusieurs mois l'accord interprofessionnel permettant une augmentation salariale de 1,1%. La FGTB souhaite un effort supplémentaire, ce que refuse la direction. Le mouvement de grogne entamé le 28 septembre dernier s'était transformé dès le lendemain en grève.