Liège

La route située au pied de la Heid des Gattes, cette réserve naturelle située entre Aywaille et Remouchamps, n’est toujours pas rouverte… mais les autorités communales d’Aywaille ne désespèrent pas et envisagent toujours de la rouvrir la voie et ce, même si, depuis déjà plus de 20 ans, cette volonté rencontre une farouche opposition.

Preuve que le dossier n’est pas mis au placard : cet avenant voté il y a quelques jours concernant la convention et l’étude d’incidences pour la sécurisation de la Heid.

Voici plus de 20 ans que la commune d’Aywaille tente de rouvrir la rue du Halage, située au pied de la réserve naturelle. Le souci toutefois, c’est que, pour rouvrir cette voie, il faut procéder à des travaux de sécurisation au niveau de la paroi rocheuse… et donc au niveau de la réserve naturelle qui présente une flore et une faune exceptionnelles, dont un troupeau de chèvres (gattes) sauvages… hors du commun !

Plaidant pour sa bonne foi, la commune n’a pas hésité à augmenter récemment la surface de la réserve naturelle et a même vu l’association Ardenne et Gaume, jadis opposée à ses projets, rejoindre son camp. Mais l’opposition reste bien présente notamment via la Coalition Nature et son avocat, Me Lebrun.

Aujourd’hui, après avoir essuyé plusieurs recours, le permis pour la sécurisation de la Heid des Gattes est toujours attendu par de nombreux citoyens. Les autorités ne lâchent pas prise.

"Suite à différents contacts que nous avons pris avec les intervenants dans ce dossier, il a été dit que nous devions apporter quelques précisions à l’étude d’incidences", explique ainsi le bourgmestre, Philippe Dodrimont. "C’est pour cette raison que nous faisons appel à l’assistance d’un professeur de l’Université de Liège." D’Olivier Guillitte en l’occurrence, du département de Biologie. On l’aura compris dès lors, "le dossier est toujours bien vivant"… même si, au pied de la Heid, rien ne bouge… jusqu’à nouvel ordre.