Liège 35 millions sont pourtant investis ici, la capacité du site augmente de 15.000 m2

Sur le site du CHU de Notre-Dame des Bruyères, c’est donc une page qui se tourne puisque, à terme, la pédiatrie (consultations et hospitalisations) et la maternité seront transférées vers le Sart-Tilman, dans la nouvelle tour.

Mais ce n’est pas pour autant que le site des Bruyères perdra de son intérêt, assure-t-on au CHU, bien au contraire. Le site conservera d’ailleurs l’urgence pédiatrique. Et ici, ce sont 35 millions qui seront investis, pour augmenter la capacité de parking notamment (250 places supplémentaires réservées à la patientèle) mais aussi et surtout pour augmenter considérablement la capacité de l’hôpital.

"C’est un projet ambitieux qui part du rehaussement sur trois niveaux de l’aile E", explique Julien Compère. Cette aile de l’hôpital, en Y, sera en effet étendue de manière à la relier à l’aile C et ainsi unifier le corps principal de l’hôpital. "Il s’agit d’une extension de plus de 15.000 m² pour, là aussi, répondre à la demande croissante de la patientèle."

Ici, on retrouvera l’extension des urgences qui s’effectuera au niveau -1, rejoint par toutes les techniques d’imagerie médicale. L’accueil se situera quant à lui au niveau 0, tandis que la pneumologie, la cardiologie et les soins intensifs se situeront au niveau +1. Au +2, on retrouvera la chirurgie et le quartier opératoire. La gériatrie et les hospitalisations de courte durée se situeront au +3 et les locaux techniques au +4. Fin du chantier prévue en octobre 2024.

Ce projet vise à redéfinir les Bruyères "comme une base avancée", précise Julien Compère. Il s’agit de focaliser sa prise en charge sur les urgences, l’aval des urgences, un pôle de chirurgie élective, un pôle de revalidation cardio-pulmonaire et l’extension de la gériatrie.