Liège La tutelle a validé le plan d’économies… et le CHR récupère l’argent indûment perçu

Le conflit qui opposait la direction du CHR de Liège aux travailleurs de l’hôpital semble bel et bien achevé… Fin mai, la tutelle régionale a validé le plan d’économies qui prévoyait une diminution du budget de l’ordre de 12 millions d’euros. Un plan qui, pour rappel, avait fait grincer des dents, principalement au travers de trois mesures : la suppression de 35 équivalents temps plein, la diminution de la prime de fin d’année et surtout le remplacement de la prime de 11 % pour prestations inconfortables.

Un conflit terminé donc… quoique. Aujourd’hui certaines dents grincent encore parce que la tutelle a rendu un avis favorable sur le plan et que le CHR réclame dès lors à des employés des sommes versées durant le mois de mai… ces fameux 11 %. Validé fin mai, le plan est rendu effectif à la date du 1er mai 2018. Mais les 11 % avaient été versés. Ils doivent donc être recalculés…

"Ce sont des sommes marginales pour le CHR mais, pour nous, c’est important, je suis dégoûté" , commente cet infirmier qui préfère garder l’anonymat.

Du côté des organisations syndicales, on est au courant de la situation, qui n’est toutefois nullement illégale. La colère fait place à un certain fatalisme… "Nous avons en effet appris que la tutelle avait accepté toutes les mesures présentées dans le plan" , explique Lina Cloostermans, permanente CSC Services publics. "Et puisqu’il n’y avait pas de date précisée, c’est la date mentionnée dans le dossier qui est validée."

Il s’agit aujourd’hui pour l’hôpital de récupérer l’argent qui aurait été indûment perçu. "Pour ce faire, il faut bien sûr analyser chaque situation en fonction des heures supplémentaires qui ont été prestées. Mais ce qui est sûr, c’est que beaucoup de personnes vont toucher moins." Ceux qui pensaient avoir gagné un mois de prime ont nourri de faux espoirs, le CHR ne fait aucun cadeau…

Un remboursement étalé sur 6 mois

Le timing est, avouons-le, mal choisi… Il y a quelques jours, le CHR présentait ce vaste "plan de réno-construction" visant à faire de l’hôpital une institution en accord avec les attentes de patients du XXIe siècle. Un plan estimé à 422 millions d’euros dont 40 millions sur fonds propres. Et aujourd’hui : ces calculs au cas par cas pour récupérer de l’argent auprès des employés. Rien d’illégal bien sûr, au contraire. Mais la pilule passe mal… Du côté de la direction, on précise qu’on applique simplement ce qui a été prévu. Sans la validation de la tutelle, il est logique que la prime de 11 % ait été versée. Mais le 1er mai ayant été retenu, il s’agit de régulariser la situation. Consciente que certains travailleurs vont devoir rembourser des sommes importantes, la direction a proposé d’étaler ce remboursement sur six mois. Merci qui ?