Liège

La maison du bourgmestre de Liège a été la cible d’un cocktail Molotov. Il témoigne…

Stupeur et incompréhension, dans le quartier de Jupille… celui du bourgmestre de Liège, Willy Demeyer. Dans la nuit de samedi à dimanche en effet, sur le coup de 1 heure, certains riverains de la rue Sur-les-Moulins entendent un bruit, des vitres cassées. Rien de plus dans un premier temps… mais très rapidement, on constate qu’un incendie commence à se propager au numéro 9 de cette rue en cul-de-sac ; dans la maison du bourgmestre située au bout de l’impasse. Rapidement, les secours sont prévenus et l’incendie est circonscrit. Willy Demeyer n’était heureusement pas présent. Mais que s’est-il passé ?

La police de Liège - celle dont le responsable n’est autre que Willy Demeyer - a donc constaté la présence d’un cocktail Molotov qui avait été "jeté sur la façade de la maison du bourgmestre de Liège". Et de préciser : "Le projectile, lancé avec force, a traversé une fenêtre et a provoqué un début d’incendie." C’est donc un voisin, alerté par le bruit, qui a rapidement prévenu les secours.

Nullement blessé, Willy Demeyer était, ce dimanche, on l’imagine, décontenancé par ces événements. Inquiet, il a accepté de nous confier son sentiment…

© M. T.

"Ce qui s’est passé est plus qu’un incident, c’est un crime, pénalement parlant. Je n’ai rien mais ce qui m’est arrivé est terrible. Un carreau a été cassé et le projectile a été lancé à un endroit très inflammable. Il y avait une volonté terrible."

Selon toutes vraisemblances en effet, le ou les auteurs de ces faits avaient une réelle intention de nuire…

Comme il l’explique par ailleurs, "il s’en est fallu de peu". Le bourgmestre assistait en effet à une représentation à l’Opéra ce soir-là, "une représentation qui a duré". Sans quoi, il aurait pu être présent au moment des faits. Qui sait ce qui aurait pu se passer…

Ce dimanche, aucun suspect n’avait été arrêté mais une enquête judiciaire a naturellement été ouverte. Coïncidence troublante, cet acte criminel n’est pas sans rappeler l’incendie suspect qui a ravagé, ce mercredi soir à Profondeville, la maison de campagne de Philippe Moureaux, ancien ministre PS et ancien bourgmestre de Molenbeek.

© M. T.