Liège

Le papa de Philippe Roufflaer a reçu une lettre dans laquelle son fils déclarait qu'il allait tuer sa famille

La cour d’assises de Liège a repris ce vendredi matin par l’audition du témoignage du papa de l’accusé. Pour rappel, le 30 décembre 2016, les corps sans vie de Loana, 8 ans et Naora, 11 ans, ont été retrouvés par les pompiers dans une maison située à Soumagne en province de Liège.

Philippe Roufflaer, 42 ans, le père des enfants était inconscient dans la même chambre que les deux fillettes. Une des fillettes avait été étranglée et l’autre égorgée. Plusieurs incendies avaient été allumés dans le domicile, mais pas dans la pièce où se trouvaient les corps. Alors qu’il niait les faits depuis le début et avait inventé toute une série de scénarios les plus rocambolesques, Philippe Roufflaer a fini par avouer les faits.

Alors qu’il prétendait encore ne pas se souvenir de comment il avait commis les faits, ce jeudi soir, en toute fin d’audience, il a déclaré subitement se souvenir de tout… Il a alors donné une version dans laquelle il avoue, mais il écarte tout élément qui pourrait impliquer qu’il a prémédité les faits. La cour a entendu le papa de Philippe Roufflaer. Ce dernier a eu de longues périodes pendant lesquelles il ne voyait plus son fils car l'entente n'était pas bonne entre les deux hommes. 

Un homme contre qui Philippe Roufflaer avait déposé plainte pour abus de confiance. « Il me devait 2.500 euros », a indiqué l’homme. « Il avait tout le temps des dettes. Lorsqu’il a été emprisonné en 2012 après avoir menacé Vanessa, il m’a demandé de lui virer de l’argent. J’ai revendu sa camionnette 1.500 euros. J’ai gardé 1.000 euros. »

Le papa a retrouvé une lettre dans cette camionnette dans laquelle Philippe Roufflaer expliquait qu’il allait tuer sa femme, ses enfants et se suicider. L’homme a décrit le caractère de son fils avec lequel il a eu assez peu de contacts.

« Il était plus fort à faire de remarques sur les autres que lui-même. Il disait toujours, tracasse pas, je sais bien. Il disait qu’il savait comment gérer sa vie. Je suis le maitre, je sais tout, je connais tout. Il faisait du chantage à Vanessa, si tu veux voir tes filles, reviens avec moi. Il pouvait être ange et démon. » L’homme a toutefois estimé que Philippe Roufflaer se comportait bien avec ses enfants avant de commettre l’irréparable. « Il était papa-poule. Il était bon avec elles. »