Liège Relier Comblain à Aywaille en vélo… un vieux projet qui pourrait enfin se concrétiser.

Il est inutile de se voiler la face, les raisons pour lesquelles ce projet de Ravel, le long de l’Amblève entre Comblain et Aywaille, n’a jamais vu le jour sont d’ordre financier. Aussi séduisante et utile pour le tourisme que soit cette connexion en effet… elle coûte cher. L’estimation est de 5 millions d’euros !

Avec Liège Métropole, cette institution qui veut donner du sens à l’arrondissement liégeois en unissant ses communes, l’occasion est toutefois trop belle. C’est la raison pour laquelle le dossier de Ravel de l’Amblève a été défendu ce lundi par Philippe Dodrimont, bourgmestre en titre d’Aywaille et député régional. Et les nouvelles sont bonnes : le projet a obtenu 3 étoiles, cote maximale, pour son "caractère structurant".

"Ce projet avait déjà été analysé à l’époque par le Groupement économique d’Ourthe-Amblève, mais malheureusement, la fiche projet et la demande de subsides n’avaient pas été suivies, explique le libéral qui perçoit désormais une réelle opportunité. Ce qui a été demandé, ce n’est pas le financement complet de ce projet qui est effectivement coûteux, mais c’est bien le financement de l’étude de faisabilité ou plutôt son actualisation ainsi que l’encadrement de la réalisation du projet".

Une opération qui s’avère coûteuse aussi puisque ces frais d’études techniques s’élèveraient à 476.000 euros… mais une opération demandée "au nom de trois communes, Aywaille, Comblain-au-Pont et Sprimont".

Très concrètement, cette liaison cyclo pédestre représente bien plus que quelques kilomètres de piste cyclable. Entre Comblain-au-Pont et Aywaille en effet, les méandres de l’Amblève nécessitent un tracé adapté et, sans doute, des traversées du cours d’eau qui obligeront à la réalisation d’ouvrages coûteux.

En outre, elle permettrait notamment de relier le Ravel de l’Ourthe à celui de l’Amblève à Aywaille, deux tronçons déjà très fréquentés. La demande est bien là… reste à savoir si elle sera enfin rencontrée.

10 projets retenus par Liège Métropole !

D’ici une petite dizaine de jours, les 10 projets présentés et évalués ce lundi à la tribune de Liège Métropole, conférence d’arrondissement des bourgmestres de Liège, seront défendus officiellement… avant attribution des précieux subsides.

On le sait, parmi les missions de la conférence des bourgmestres, il y a le renforcement de la supracommunalité… pour cimenter le lien qui unit les communes de l’arrondissement doit-on comprendre; un lien qui passe par des projets communs… et un financement.

Début octobre, il fut donc décidé de lancer un appel à projets. Dix ont été retenus, pour un montant total de subsides de 1,981 million… avec une première évaluation à 1, 2 ou 3 étoiles, sur la base du caractère structurant du projet, son état d’avancement et le budget.

Outre le Ravel de l’Amblève qui retiendrait une importante part du subside, mais qui semble bien coté (lire ci-contre), on constate que Flémalle a introduit une demande pour la revitalisation de Flémalle Haute, au niveau de la gare et de ses abords. Liège a quant à elle introduit deux dossiers, un pour l’aménagement de la place des Carmes et un autre pour la rénovation des allées et le renouvellement de l’éclairage dans le parc de la Boverie.

Le tourisme et la mobilité douce tiennent aussi la corde puisque l’on retient l’aménagement d’une maison urbaine en bord du Ravel à Fléron, une centrale de mobilité de la Basse-Meuse à Oupeye et l’extension du réseau cyclable de Haute-Meuse à Seraing-Neupré. On parle également d’une Art House, d’une Water House et d’un festival des 5 saisons à Chaudfontaine ainsi que d’une étude de faisabilité pour le port de Jemeppe… dans une optique touristique.

Il faudrait donc 2 millions… non pas pour la réalisation de ces projets, mais pour les subsides sollicités; l’aménagement de la place des Carmes coûte à lui seul plus d’un million. Et le Ravel de l’Amblève… 5 millions ! Défense finale prévue ce 17 novembre.