Liège

Le premier coup de pelle a été donné ce mardi

Le chantier de mise à grand gabarit du site éclusier d'Ampsin-Neuville inclura la création et l'agrandissement de trois échelles à poissons. L'une d'elles, de 700 mètres de long, deviendra la plus grande de Wallonie. Le premier coup de pelle de la mise à grand gabarit du site éclusier d'Ampsin-Neuville a été donné mardi, en présence des autorités locales et d'un représentant du ministre wallon de l'aménagement du territoire et de l'environnement, Carlo Di Antonio. Ce projet polyvalent et pluridisciplinaire, financé en grande partie par la Sofico, s'intègrera dans son environnement routier et naturel.

Trois échelles à poissons sont prévues dans les travaux de mise à grands gabarits du site éclusier d'Ampsin-Neuville. Un chantier de plus de 126 millions d'euros financés en grande partie par la Société Wallonne de Financement Complémentaire des Infrastructures (SOFICO) et par l'Union européenne.

Une passe à poissons de 700 mètres de long s'intègrera ainsi au projet, devenant, de fait, la plus grande échelle à poissons de Wallonie. Elle permettra aux poissons tels que les saumons, de remonter le fleuve pour se reproduire et pour croître.

Une seconde échelle à poissons d'une quinzaine de mètres, dédiée plus spécifiquement aux anguilles, sera construite sur la rive droite. Cette passe à poissons sera composée d'un tapis sur lequel coulera un filet d'eau.

La troisième échelle, quant à elle, permettra à différentes espèces de poissons de tailles plus petites, de rejoindre le ruisseau des Neufs Bonniers à Huy.

"L'objectif est tout simplement de rétablir la situation existante avant la création des barrages. Nos projets s'inscrivent dans l'environnement", a souligné l'ingénieur du projet. En sus, deux zones de nidifications seront créées: l'une pour les hirondelles de rivages et l'autre pour le martin pêcheur. "On va créer une berge d'une dizaine de mètres où les hirondelles pourront creuser leurs nids ou s'installer dans les trous existants. L'autre zone ne devrait pouvoir accueillir qu'un martin pêcheur. Ils sont très exclusifs et défendent leur territoire." Ces infrastructures devraient voir le jour courant 2020.