Les commerces reliés à la police

Jessica Defgnée Publié le - Mis à jour le

Liège

C’est ce que leur propose la zone de police de Seraing/Neupré

SERAING À l’heure actuelle, ce sont les plus petits commerces et autres, comme des pharmacies, qui sont de plus en plus pris pour cible. C’est ce que l’on constate un peu partout, comme sur le territoire de la zone de police de Seraing/Neupré. Aussi, les services de police sont allés à la rencontre de commerçants sérésiens afin d’entendre leurs préoccupations et leur proposer de faire installer un dispositif de télésurveillance qui serait directement relié au dispatching du commissariat central.

Une proposition qui s’adresse à tout type de commerce. “Il y aurait un bouton, quelque part dans le commerce, qui permettrait de donner l’alerte à la police. Et grâce aux caméras de surveillance, la police verrait directement ce qui se passe dans le commerce” , explique-t-on du côté de la Ville de Seraing.

Et qu’en est-il des commerçants qui ne restent pas souvent derrière leur comptoir, là où on imagine que serait placé ce bouton d’alerte ? C’est d’ailleurs ce qu’a fait remarquer une coiffeuse… “Il faudra prévoir, dans le cahier des charges, qu’il soit possible d’adapter le dispositif selon le type de commerce.”

Les frais découlant de la mise en liaison du commerce avec le dispatching de la police seront, bien sûr, à charge du commerçant. Des frais qui seront forcément réduits si le demandeur dispose déjà de caméras de surveillance… À noter qu’il est possible de s’équiper du dispositif grâce à la fibre optique ou la téléphonie.

Le lancement d’un marché public, en vue de désigner la société chargée de relier les commerces au commissariat de police, devrait être avalisé lors du conseil de police du mois de septembre. Si bien que le système pourrait être opérationnel début 2013.

“On envisage aussi de mettre en place des formations, à destination des commerçants, pour les sensibiliser aux bons réflexes à avoir; comme fermer sa caisse ou placer un volet; et leur expliquer comment réagir quand on est victime d’une agression. Nous voulons aussi sensibiliser les commerçants au fait d’instaurer une solidarité entre eux.”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner