Liège

La jeune femme, qui suit à pied le cours de la Meuse, combat pour l'amélioration de la qualité de l'eau des fleuves et rivières.

Li An Phoa, une jeune Hollandaise qui a quitté Pouilly-en-Bassigny (France) le 16 mai dernier, là où la Meuse prend sa source, s’est arrêtée ce lundi matin à Huy afin de sensibiliser les autorités communales à son combat : l’amélioration de la qualité de l’eau des fleuves et rivières. La jeune femme rêve que l’eau de nos fleuves et rivières soit un jour potable.

Alors qu’elle parcourt pédestrement près de 1000 km, ceux qui séparent la source de la Meuse à son embouchure, près de Rotterdam, Li An Phoa en profite pour sensibiliser un maximum de personnes à la nécessité d’œuvrer au profit de la qualité de l’eau. Elle réalise également des prélèvements d’eau qui seront analysés une fois de retour aux Pays-Bas.

Elle a été accueillie à l'hôtel de ville par le député-bourgmestre Christophe Collignon et l’échevine de l’Environnement Françoise Kunsch. "Si nous le voulons, les rivières potables sont à nouveau possibles. Mon premier pas est de marcher le long de la Meuse et d’impliquer toute personne intéressée", a expliqué Li An Phoa. Les autorités communales hutoises ont quant à elle détaillé les différentes actions qui sont menées au quotidien à Huy afin d’œuvrer en faveur de l’environnement et de la biodiversité.

La jeune femme a ensuite repris sa route afin de poursuivre sa sensibilisation. Elle devrait arriver au bout de son périple à Rotterdam, le 15 juillet prochain.