Liège C’est l’idée un peu folle sur laquelle planchent les autorités… comme à Paris.

On sentait que la question posée par le socialiste Jean-Paul Bonjean à son bourgmestre n’allait pas rester sans réponse… Habitué des bassins de natation, le conseiller PS a en effet interrogé Willy Demeyer ce lundi soir en séance publique du conseil communal afin de savoir si Liège comptait mettre en place une "piscine flottante dans le fleuve". La réponse fut : "Nous travaillons à la réalisation d’une étude en la matière."

Si l’idée pouvait sembler saugrenue, l’exemple de Paris était rapidement évoqué. Afin de démontrer que la Seine était un fleuve devenu propre, Paris inaugurait, en effet, cet été ses premiers bassins extérieurs, directement baignés dans les eaux de la Seine… À Liège, il s’agirait donc d’étudier la possibilité d’ouvrir aussi la Meuse au public.

Pas question, bien sûr, de sauter dans les eaux liégeoises n’importe où et n’importe quand. Jean-Paul Bonjean livre déjà quelques éléments essentiels, recueillis après divers contacts avec la société liégeoise responsable de l’installation parisienne. "Une structure flottante coûte nettement moins cher si elle recueille l’eau du fleuve que s’il faut prévoir une alimentation externe." La différence varie entre 50.000 et 130.000 euros selon les aménagements.

La qualité de l’eau de la Meuse pose évidemment question… Il s’interroge dès lors : "L’eau de la dérivation qui se situe plus dans l’axe de l’Ourthe serait-elle de meilleure qualité ?" Et restent les questions de sécurité (pour les enfants notamment) et du coût de l’encadrement de telles structures.

Deux lieux semblent adéquats à entendre le conseiller : près de la Boverie ou à Coronmeuse. Près du parc de la Boverie, le choix entre la Meuse et la dérivation pourra être opéré. Il s’agirait dans tous les cas d’une bonne manière d’offrir aux Liégeois un lieu de baignade gratuit et facile d’accès. Même si Willy Demeyer le précise : "Ceci ne remplacerait pas une piscine"… Pas de crainte pour le projet Jonfosse.