Liège

Le bourgmestre a signé un arrêté de "déguerpissement"

Trois jours pour déguerpir... c'est en résumé le message transmis ce vendredi par le collège communal de Liège, à propos d'un "dossier" quelque peu polémique. Le samedi 16 juin dernier en effet, plusieurs personnes, des gens du voyage, ont installé un campement sur un terrain appartenant à la Ville de Liège, rue Coupée, dans le quartier des Tawes. Une installation a priori provisoire mais qui ne réjouit nullement la ville et certains habitants.

Ce vendredi, le collège a donc fait le point sur l'évolution du dossier... qui n'évolue précisément pas. "Depuis leur installation, le collège a bien dû constater qu’aucune avancée n’avait pu être obtenue".

Les autorités ont donc décidé de passer à l'action. Le bourgmestre vient en effet de signer un arrêté de "déguerpissement", pour reprendre le terme juridique consacré, "par lequel les gens du voyage doivent quitter le terrain occupé illégalement dans les 72h suivant la notification par les forces de police. Notification qui sera faite ce samedi 23 juin". Par ailleurs, le collège a mandaté un avocat "pour ester en justice en urgence via le Juge des Référés".

Face à cette action "répressive", des Liégeois s'indignent, des voix s'élèvent... Pour le conseiller Écolo, Guy Krettels, il y a ici "une coupable inertie". "Il y a quelques mois Liège s'est déclarée Commune Hospitalière. Or il est une communauté qui n'a pas dû se rendre compte de cette nouvelle ambition de notre Ville: Je veux parler des Gens du Voyage. Chassés il y a quelques mois de Belle Ile, il y a quelques semaines du Skate Park de Glain, ils se sont désormais installés pour un séjour temporaire au Thier à Liège rue Haut des Tawes au pied du terril".

Pour l'élu, la solution est pourtant évidente : "Les gouvernements successifs de la Wallonie (avec l'ensemble des partis qui y ont été associés) préconisent et subsidient depuis de nombreuses années la création de terrains adaptés. A une distance suffisante du voisinage, et contre paiement d'un petit loyer pour une durée temporaire de 2-3 semaines, les Gens du Voyage peuvent y bénéficier d'un espace équipé d'un point d'eau, de prises d'électricité, de toilettes et du ramassage des poubelles". Pourquoi pas à Liège ?

De son côté, le Collège tient à rappeler "qu’il n’y a pas d’obligation décrétale pour les communes d’organiser l’accueil des gens du voyage". La Ville de Liège estime en effet déjà prendre "une part active en termes de solidarité dans les problématiques sociétales en mettant en place un nombre important de mesures visant à les prendre en charge". La Ville de Liège considère donc que cette responsabilité "peut être endossée par d’autres communes de l’arrondissement".

Trois jours pour déguerpir !