Liège Il y en avait dix au menu du conseil de Liège, cinq à celui de Herstal. Stop !

C’est devenu une habitude, ces derniers mois : les motions, de soutien à telle cause ou tel projet se multiplient dans les conseils communaux. Et à en croire le nombre croissant de motions présentées, votées (et longuement débattues), pas de doute : nous sommes en pleine période préélectorale.

Ce lundi, rien qu’à Liège, 10 motions étaient soumises au débat, 4 par le PS, 3 par Ecolo et 3 par Vega (qui ne compte qu’un seul conseiller). Cinq motions étaient en débat à Herstal.

Loin de nous l’envie de remettre en question le procédé mais, force est toutefois de constater que le vote d’une motion… ne sert souvent à rien. Tout au plus, le conseiller qui en fait la lecture existera le temps d’un instant…

Et le débat démocratique dans tout cela ? Oui, la motion a le mérite d’ouvrir le débat, d’opposer des idées et de marquer un soutien, même s’il est symbolique, à une cause… Est-ce toutefois normal d’être noyé de motions, plus que de coutume, à quelques mois des élections ? La réponse est clairement "non"… Car d’aucuns en profitent allègrement pour s’écouter parler et - c’est ce qui est regrettable - souvent sur des dossiers pour lesquels les communes n’ont aucune compétence directe : "le pluralisme des médias radiophoniques", "le renouvellement de la flotte des bus du Tec" ou "la protection des lieux de mémoire liés aux faits de guerre" sont trois exemples évoqués ce lundi à Liège…

À quand une motion miss univers réclamant la paix dans le monde ?