Liège Plusieurs facteurs expliquent ce renforcement des forces policières

Fin novembre, comme chaque année, le ciel rougeoie, Saint-Nicolas cuit ses bonbons dit-on… et pendant que les plus jeunes rêvent de massepain, les étudiants liégeois préparent quant à eux leur plus belle fête de l’année. Elle aura lieu les dimanche 4 et lundi 5 décembre prochain.

Pour cette édition 2016, c’est donc un nouveau site qui accueillera les festivités folkloriques, celui de Droixhe où la future salle de guindaille doit être construite.

Du côté de la police liégeoise, on prépare aussi cet événement mais, on l’imagine, d’une autre manière que les comités de baptême. Menace terroriste oblige, bon nombre de festivités ont en effet été annulées cette année mais Liège préfère s’adapter. Comme ce fut le cas pour le 15 Août, la fête aura bien lieu… sous haute sécurité.

Première information confirmée par la police de Liège : "les effectifs seront doublés cette année". Pour faire face à la menace tout d’abord mais aussi car, en 2015, "nous avons constaté qu’il y avait plus de monde que d’habitude, dans le Carré notamment".

Au programme, il y aura donc la fête à Droixhe dimanche soir et, ce soir-là généralement, le Carré fait aussi le plein. Lundi après-midi, le cortège sillonnera les rues de la ville. Point de départ et d’arrivée : place du XX Août; avant une migration naturelle vers les ruelles du Carré.

Outre la menace terroriste, le doublement des effectifs s’explique aussi par ce déplacement de la fête hors du centre-ville nous précise-t-on à la police de Liège… comprenons que, d’habitude, les patrouilles qui gèrent la ville sont aussi attentives à la Saint-Nicolas or, cette année, il y a deux zones sensibles, Droixhe et le Carré.

Au total, une trentaine de policiers seront présents pour encadrer la fête dimanche. Ils seront une cinquantaine lundi… Précisons enfin que, pour le cortège, les policiers seront équipés d’armes longues.