Liège

Il estime que sa compagne n’a pas le droit de recevoir des gens chez elle

Bayram, 32 ans, a comparu détenu devant le tribunal correctionnel de Liège pour répondre d’avoir commis plusieurs scènes de coups graves à l’encontre de sa compagne.

 L’homme, en séjour illégal, souhaite épouser la jeune femme, mais celle-ci refuse. Un refus qui provoquerait des colères d’une violence inouïe. 

 A la fin de l’année 2017, la jeune femme a rencontré Bayram dans un café appartenant à l’oncle de celui-ci. La jeune femme, émue par le sort de Bayram a commencé à l’héberger chez elle. Une relation a débuté et rapidement Bayram a souhaité épouser la jeune femme… Une manière pour lui de régulariser son séjour. 

 Mais celle-ci refusant la proposition, l’homme se montre de plus en plus violent et menaçant. Il n’hésite pas à se montrer de plus en plus violent avec la jeune femme qui finit par penser que cette situation est normale et acceptable. 

 Malgré le fait que la jeune femme n’ose pas déposer plainte, Bayram doit répondre de plusieurs scènes de violence. 

 Le 24 octobre 2017, la victime s’est retrouvée avec deux yeux au beurre-noir. Un mois plus tard, elle a subi une plainte à sang coulant à la tête. Elle avait des griffes sur le corps et les vêtements déchirés. Elle s’est réfugiée au café de l’oncle de Bayram où il a été fait appel aux services de police. 

 Le 17 janvier 2018, elle a été vue avec des hématomes au cou. 

Le 20 mai suivant Bayram s’est introduit chez elle en pleine nuit et l’a réveillée en la frappant ! 

Il lui a volé une carte Sim et sa carte de banque. La victime craint pour sa vie. 

Lors de sa comparution devant le tribunal, le prévenu a minimisé les faits, mais a tenu des propos qui laissent perplexe sur sa manière d’envisager une relation de couple… « J’ai assisté à des scènes qui me mettaient hors de moi », a indiqué le détenu. 

« Je suis rentré et il y avait des gens à la maison. Si c’est pour faire venir des gens quand je ne suis pas là, je ne vois pas l’intérêt de me demander de venir vivre chez elle… » 

L’homme a déclaré qu’il ne lui avait donné « que » deux gifles, ce qui est déjà constitutif de coups selon le code pénal. 

 Selon le parquet, la jeune femme a peur, elle se sent humiliée. Le parquet a rappelé que même devant les services de police, Bayram avait insulté la jeune femme, ce que ce dernier a nié. 

 Après chacune des scènes, Bayram revient vers la victime en l’implorant, en lui jurant qu’il va changer, pour mieux recommencer un peu plus tard. 

 Le parquet a requis 2 ans de prison. La défense a plaidé un sursis pour ce qui excède la durée de la détention préventive.