Liège Une mise en garde faite aux (parfois très) jeunes filles fragiles et isolées

Différentes actions sont menées par la Province et la Ville de Liège en matière de prévention de la violence faite aux femmes ou aux jeunes. Dans le même temps, la Ville de Liège établit un état des lieux de la prostitution et les contrôles réguliers de la police permettent d’éviter le développement de réseaux. "Deux d’entre eux, un bulgare et un roumain, ont d’ailleurs été démantelés il y a quelques mois sur le territoire de la Ville de Liège", a rappelé le bourgmestre Demeyer.

Son intervention faisait suite à une interpellation d’une conseillère communale Écolo, Caroline Saal. Celle-ci portait sur un problème mis au jour par le centre fédéral des migrations Myria : le problème des loverboys. De quoi s’agit-il ? "D’hommes qui recrutent par la séduction puis par la dépendance relationnelle des jeunes filles belges sur les réseaux sociaux et dans les endroits qu’elles fréquentent pour les amener progressivement à l’exploitation sexuelle", explique la conseillère Écolo. "Selon le rapport, ces filles sont mineures ou très jeunes, fort isolées et souffrant d’une piètre estime d’elles-mêmes."

Le rapport évoqué précise que les origines socio-économiques sont diverses. "Les auteurs profitent de leur fragilité pour approcher, séduire leur victime, leur déclarer leur amour avant de les isoler de leur famille et de leurs amis et de les pousser à se prostituer ou à accepter des pratiques dégradantes." Liège fait partie des villes qui rencontrent ce problème, dit encore Caroline Saal, en demandant que la Ville distribue, comme aux Pays-Bas, une brochure de mise en garde , intitulée Beware of the loverboys. Une brochure à distribuer dans les institutions de jeunesse mais aussi, pourquoi pas , dans le Carré.

Ed. F.