Liège L’employé indélicat spoliait celui qui l’avait embauché

Vincenzo, 45 ans, a écopé d’une peine de travail de 80 heures pour avoir volé son employeur et revendu des produits volés qui ont ensuite été transformés en drogue de synthèse.

Vincenzo devait préparer et charger les produits des commandes pou les clients de la société de vente de produits chimiques. Dans le cadre d’une enquête en cause d’un client de la société en question, des communications téléphoniques ont été enregistrées. Il est apparu qu’à l’occasion de commandes passées par l’autre homme auprès de la société, il s’arrangeait pour que Vincenzo prépare pour la livraison plus de produits que ceux officiellement commandés et renseignés sur la facture. Il a volé 900 litres d’acétone, 150 kilos de soude caustique, 150 litres d’acide formique 120 litres de méthanol et 390 litres d’acide chlorhydrique.

Ces produits ont été revendus et ont permis de fabriquer de la drogue de synthèse en grande quantité. Le 14 juillet 2017, le tribunal correctionnel de Liège a condamné six prévenus qui ont fabriqué les drogues à des peines allant jusqu’à 6 ans de prison ferme pour avoir mis en place un impressionnant laboratoire de fabrication de drogues synthétiques, mais aussi une plantation de cannabis. Les suspects ont aussi écopé d’amendes de 6.000 euros et la confiscation de plus de 122.000 euros. Les enquêteurs avaient saisi plus de 100.000 euros en liquide lors des différentes perquisitions. Le laboratoire permettait de réaliser jusqu’à 200 kilos de drogue synthétique en un seul processus. Le tout grâce à Vincenzo.

Le tribunal a tenu compte du préjudice matériel et moral de l’entreprise. La juge a souligné le manque de respect manifesté par le prévenu pour les intérêts de son employeur de l’époque, mais aussi la durée de la période infractionnelle et le nombre de livraisons frauduleuses.