Liège Malgré les coups de poing portés par l’élève, le tribunal lui a accordé une mesure de clémence.

Yao, 21 ans, a bénéficié de la suspension probatoire du prononcé après avoir frappé sa professeur et un autre élève de l’école Don Bosco de Liège. Le tribunal correctionnel de Liège a tenu compte de sa situation personnelle pour lui accorder cette mesure de clémence.

Le 18 janvier dernier, l’élève a refusé d’enlever son bonnet alors qu’il se trouvait dans les rangs pour entrer en classe.

Lorsqu’il est arrivé dans la classe, il a une nouvelle fois refusé d’enlever son bonnet.

Sa professeur lui a alors signalé qu’elle ne voulait plus de lui dans la classe et qu’elle allait rédiger un dossier disciplinaire à son encontre. L’étudiant est alors entré dans une colère noire. Il a porté des coups à son enseignante. "Je lui ai donné trois ou quatre gifles", a déclaré le jeune homme lors de la première audience consacrée à son affaire.

Selon les témoins, il s’agirait plutôt de coups de poing. Lorsqu’un élève s’est interposé, il a également été bousculé par Yao. "Je suis désolé, il n’y avait aucune raison de faire cela", a expliqué le prévenu.

La professeur a dû faire appel à des surveillants pour mettre fin à la scène. Elle a été en incapacité de travail pendant plusieurs jours et a subi un choc post-traumatique à la suite de cette agression.

Yao lui a écrit une lettre d’excuse ainsi qu’à l’élève qu’il a molesté.

Me Colin Gilissen, qui défendait le jeune homme, a souligné que celui-ci n’était pas défavorablement connu avant ces faits et qu’il était plutôt bon élève.