Liège

Les membres de l’ASBL Wolf eyes ont voulu sensibiliser le public au sort des animaux en captivité.

Ce samedi, les membres de l’ASBL Wolf eyes et ses sympathisants se sont rendus en plein centre de Liège pour réaliser une manifestation silencieuse ayant pour but de sensibiliser le public au sort des animaux détenus dans les zoos. "Nous avons réalisé cette manifestation maintenant car les zoos vont bientôt rouvrir leurs portes", indique Jean-Michel Stasse, de l’ASBL Wolf eyes. "Nous voulons dénoncer les spectacles qui existent au quotidien dans des zoos où les animaux sont détenus alors que les spectacles avec animaux sauvages sont interdits dans les cirques."

Pour Jean-Michel Stasse, l’argument qui consiste à dire que les zoos réimplantent des animaux sauvages dans la nature est fallacieux. "Cela fait trente ans qu’ils nous bassinent avec ces histoires de réintroduction et de préservation, c’est un leurre pour moi. Sur les trente dernières années, il y a eu moins de 100 individus réintroduits dans la nature, mais il y a 120.000 animaux abattus dans les zoos !"

Pour l’association , il faut faire un travail de terrain pour informer les personnes. "Le fait d’aller dans les zoos avec ses enfants, c’est cautionner ces morts. Les gens doivent être informés. Au lieu d’aller mettre 25 euros à Pairi Daiza, il vaut mieux mettre 10 euros dans des ONG qui œuvrent réellement pour la préservation des animaux et contre le braconnage."

Pour Jean-Michel Stasse, la situation devient critique. "Si nous continuons à exterminer les animaux comme nous le faisons, dans trente ans, il n’y aura plus rien."

Jean-Michel Stasse réalise un travail d’enquête auprès des zoos et ses découvertes ne sont pas réjouissantes. "J’ai découvert que deux tigres sont enfermés dans 12 m2. C’est intolérable."

L’ASBL Wolf eyes privilégie l’information. "Nous ne sommes pas là pour convertir. Nous sommes là pour mettre une graine dans la tête des gens et leur dire qu’il y a d’autres manières de faire. Il faut arrêter de croire les gestionnaires des zoos car il ne s’agit que d’une affaire financière en ce qui les concerne."

Si vous voulez aider l’ASBL Wolf eyes, elle propose un programme de parrainage d’animaux sauvages en Afrique. "Ils peuvent verser 50 euros par an pour parrainer un animal sur place."

https ://www.wolfeyes.be