Liège Volée en avril, la statue avait été retrouvée fin septembre en mauvais état.

La statue de bronze du monument aux fusillés du site militaire liégeois de la Chartreuse, communément appelée le fusillé de la Chartreuse, avait été volée en avril dernier. Une opération policière menée en septembre dernier par la brigade judiciaire de la police de Liège avait permis de retrouver l’ouvrage dans un conteneur à Soumagne.

Les autorités avaient récupéré la statue dans un sale état : elle avait été sciée en deux. Rendue à son propriétaire, à savoir la Défense, la statue avait donc besoin d’être ressoudée et restaurée. Ce qui a d’ores et déjà été fait, indique-t-on du côté du commandant militaire de la Province de Liège.

"La statue a en effet été ressoudée, confirme le lieutenant-colonel Jean-Paul Hames, en charge du commandement militaire de notre province, notre intention n’est pas de la replacer sur le monument de la Chartreuse, mais de l’installer prochainement dans un endroit sûr et sécurisé. Le lieu ou musée qui accueillera la statue n’a pas encore été fixé."

Un moulage de la statue, dans un matériau moins noble, sera prochainement réalisé, afin de l’installer sur le monument aux fusillés de la Chartreuse. La Défense a également placé la semaine dernière les plaques commémoratives en plexiglas sur le monument en question, en guise de remplacement des plaques métalliques initiales qui avaient également été volées.

Ce mardi soir, le conseil communal de la Ville de Liège s’est penché sur une motion, qui a finalement été reportée, relative à la prise en charge par la Défense nationale de la protection des lieux de mémoire liés aux faits de guerre.

Au sein du commandant militaire de la Province de Liège, on tient à souligner que, "avec les petits budgets dont on dispose, indique Jean-Paul Hames, nous mettons tout en œuvre pour restaurer au plus vite les monuments qui sont propriété de la Défense et qui ont été endommagés. Nous prenons nos responsabilités en la matière". Le lieutenant-colonel ajoute : "Une grande partie des monuments patriotiques, notamment dans les cimetières, n’appartient en revanche pas à la Défense."

Enfin, en ce qui concerne le moulage de la statue du fusillé, la Défense espère pouvoir l’installer sur le monument de la Chartreuse "dans le courant de l’année 2019", conclut Jean-Paul Hames.