Liège Eddy Michel n’a pas quitté sa cellule et n’a pas demandé sa remise en liberté.

Prostré dans sa cellule, Eddy Michel, accusé de l’assassinat de ses deux enfants, ne s’est pas présenté, mercredi matin, à la chambre du conseil de Liège. Celle-ci devait statuer sur son maintien ou non en détention préventive.

Sans surprise, le mandat d’arrêt de ce professeur de sport de 38 ans a été confirmé. Ses avocats n’avaient d’ailleurs pas demandé sa remise en liberté.

Pour rappel, samedi matin, Jules et Timothé, âgés de 7 et 4 ans, ont été tués alors que leur maman venait de les déposer au domicile de leur père. L’homme s’est rué sur eux et leur a asséné plusieurs coups de couteau, y compris à la gorge.

Michel a ensuite pris la fuite et a été rejoint par les forces de l’ordre. Il s’était légèrement entaillé les veines. Après une brève visite à l’hôpital, il avait été placé sous mandat d’arrêt pour le double assassinat de ses fils.

Selon ses avocats, Eddy Michel est effondré par les actes qu’il a commis. " Il ne les comprend pas ! C’est une personne qui n’a aucun antécédent judiciaire et qui est reconnue comme adorable avec les autres. Il faudra se poser la question de son état mental au moment des faits" , a indiqué Me Montiel-Corte, à la sortie de l’audience.

Les conseils d’Eddy Michel contestent, en tout cas, la préméditation et donc la prévention d’assassinat.

De nombreux devoirs d’instruction ont été lancés et sont déjà en cours de réalisation dans le cadre de l’enquête.