Liège

Un Liégeois âgé de 46 ans qui avait entretenu des relations sexuelles en public lors de la "Gay-street" organisée en septembre 2015 a été condamné mercredi par le tribunal correctionnel de Liège à une peine de 150 heures de travail. 

Le prévenu avait reconnu les faits d'outrage public et avait admis qu'il était trop occupé par ses ébats sexuels pour se rendre compte que de nombreuses personnes avaient pu y assister. Les faits s'étaient déroulés le 12 septembre 2015 à Liège lors de la "Gay-street". Sous l'influence de l'alcool, le prévenu avait fait la connaissance d'une femme qui, pour sa part, était sous l'influence d'alcool et de méthadone. Les deux protagonistes avaient décidé d'entretenir des relations sexuelles en pleine rue.

De nombreux passants avaient interpellé des agents de police pour tenter de mettre fin à la scène. Les policiers intervenus sur place avaient été obligés d'insister lourdement pour forcer les individus à mettre fin à leurs ébats et à se rhabiller.

Devant le tribunal, l'homme avait exposé le contexte festif de sa rencontre. Il avait reconnu les faits d'outrage public aux mœurs tout en précisant qu'il était trop occupé par ses ébats sexuels pour se rendre compte que de nombreuses personnes avaient pu y assister.

Initialement condamné à 10 mois de prison par défaut, le prévenu avait fait opposition. Le tribunal l'a condamné à une peine de 150 heures de travail. Sa partenaire sera pour sa part rejugée en janvier 2018.